Top banner
AUSTRALIE : Une enquête dévoile une adoption « préoccupante » de la vape chez les jeunes.

AUSTRALIE : Une enquête dévoile une adoption « préoccupante » de la vape chez les jeunes.

En Australie, l’enquête sur la stratégie nationale antidrogue auprès des ménages a récemment noté une baisse importante du tabagisme mais également une adoption « préoccupante » de la vape en particulier chez les jeunes. Pour le professeur Nick Zwar, il reste encore du chemin à parcourir pour atteindre l’objectif national.


UN TABAGISME EN BAISSE ENTRE 2016 ET 2019


Les résultats de l’enquête, publiés le jeudi 16 juillet par l’Institut australien de la santé et du bien-être (AIHW), ont porté sur un échantillon de 22 271 personnes âgées de 14 ans et plus de toute l’Australie pour évaluer la consommation de drogues, les attitudes et les comportements.

Il a été constaté que moins d’Australiens fument quotidiennement. Le chiffre de fumeurs est de 11% en 2019, contre 12,2% en 2016. Cela équivaut à une réduction d’environ 100 000 personnes qui fument quotidiennement.

 » Les e-cigarettes peuvent bien jouer un rôle utile pour aider les gens à arrêter de fumer  » Nick Zwar

 

Le professeur Nick Zwar, président du groupe consultatif d’experts pour les directives de pratique clinique du RACGP sur l’abandon du tabagisme, a déclaré à que s’il est heureux de constater une baisse du tabagisme, il reste encore du chemin à parcourir.

 » L’Australie avait pour objectif d’atteindre moins de 10% de fumeurs quotidiens d’ici 2018, et nous n’avons toujours pas atteint cet objectif. Mais nous sommes plus proches maintenant de cet objectif que nous ne l’étions « , a-t-il déclaré.

« Cela dit, il existe encore des taux assez élevés de tabagisme chez les personnes souffrant de troubles mentaux, [et] encore des taux élevés de tabagisme parmi les aborigènes et les insulaires du détroit de Torres. Il a encore baissé, ce qui est formidable, mais il est toujours beaucoup plus élevé que la communauté en général.  »


UNE AUGMENTATION DE LA VAPE ENTRE 2016 ET 2019 !


Des inquiétudes ont surtout été soulevées concernant l’adoption de la vape chez les fumeurs qui est passée de 4,4% en 2016 à 9,7% en 2019. Cette tendance à la hausse a également été notée chez les non-fumeurs, de 0,6% à 1,4 %.

L’augmentation est particulièrement notable chez les jeunes adultes, avec près de deux personnes sur trois qui fument actuellement et un non-fumeur sur cinq âgé de 18 à 24 ans déclarant avoir essayé l’e-cigarette.

Le professeur Zwar a déclaré que si l’augmentation est comparativement plus faible que dans d’autres pays comme les États-Unis, elle reste préoccupante. « Cette augmentation n’est pas une surprise », a-t-il déclaré.

« Il est intéressant de noter qu’il existe un double usage raisonnable de personnes qui fument et utilisent également des e-cigarettes, et vous pouvez examiner cela de différentes manières; vous pouvez dire que peut-être qu’ils fument moins parce qu’ils vapent, ou… qu’ils font les deux. Les e-cigarettes peuvent bien jouer un rôle utile pour aider les gens à arrêter de fumer. Mais s’il s’agit d’un produit de consommation, il y aura beaucoup d’usages qui ne seront pas liés à l’arrêt ou à la réduction du tabagisme, et il y en aura, et il y en a encore, chez les jeunes qui autrement ne se seraient pas exposés à la nicotine.  »

« Bien que certaines personnes le contestent vivement, il peut également y avoir un risque que les personnes qui expérimentent l’e-cigarette continuent d’expérimenter le tabagisme.»

Une interdiction de 12 mois sur l’importation de l’ensemble des produits de la vape contenant de la nicotine annoncée par le gouvernement fédéral en juin, a depuis été reportée jusqu’en 2021. En vertu de cette interdiction, les personnes utilisant des cigarettes électroniques comme moyen de cesser de fumer n’auraient accès qu’à une ordonnance de leur médecin généraliste.

L’enquête a révélé que le soutien aux mesures liées à l’utilisation des e-cigarettes a augmenté, les deux tiers de la population soutenant les restrictions sur les endroits où l’on peut l’utiliser (67%) et dans les espaces public (69%).

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Passionnée de journalisme, je me suis décidée à rejoindre la rédaction de Vapoteurs.net en 2017 afin de traiter principalement l'actualité vape en Amérique du nord (Canada, Etats-Unis).