Top banner
Top banner
COVID-19 : Sevrage tabagique, pandémie, la vape est toujours la pour sauver des vies !

COVID-19 : Sevrage tabagique, pandémie, la vape est toujours la pour sauver des vies !

La vape sauve des vies ! Ce n’est clairement pas une nouveauté mais la pandémie due au Covid-19 est un sérieux rappel pour nos politiques de l’importance du secteur économique et industriel que représente le vapotage en France et dans le monde. En effet, en plus de limiter le risque d’aggravation des maladies dues au tabagisme, l’industrie de la vape met à disposition ses compétences en proposant la fabrication de gel hydroalcoolique, un produit en pénurie, devenue une denrée rare depuis le début de l’épidémie.


LA VAPE A LA RESCOUSSE DE LA PÉNURIE DE GEL HYDROALCOOLIQUE !


C’est la triste réalité d’une pandémie qui prend de court la planète et plus particulièrement la France. En rupture de stocks de gels désinfectants depuis février, la France a vu se multiplier les propositions pour produire à nouveau ces liquides en urgence. Aujourd’hui, nous savons que l’un des meilleurs moyens de se protéger contre le coronavirus est le lavage régulier des mains, notamment grâce aux gels hydroalcooliques. Mais face à la forte demande, le produit est en rupture de stock.

Afin de participer à l’effort sanitaire, de grandes entreprises de luxe ou de cosmétique se sont engagées à produire du gel et c’est également le cas de l’industrie de la vape qui s’est tout de suite mobilisée ! Les plus grands laboratoires de e-liquide se sont transformés en totalité ou en partie en chaîne de production de gel conformes à toutes les contraintes sanitaires. Il en est ainsi de VDLV, Revolute, LIPS, ou encore Fuu.

Dans un communiqué, Lips (Le French Liquide) déclare  » proposer dès maintenant une solution développée selon les normes de l’O.M.S. afin de faire face à la situation que nous traversons. Loin de nous l’idée de surfer sur la crise, au contraire, nous proposons ce produit au tarif instauré par le gouvernement. Nous souhaitons apporter notre soutien à notre échelle. Chacun a son rôle à jouer pour limiter l’impact de cette épidémie. »

Une initiative qui met en lumière une industrie héroïque qui a toujours à cœur de se soucier de la santé d’une population qui vit des moments difficiles. A cela, nous ne pouvons que nous incliner et dire « Messieurs Chapeau Bas, et mille mercis ! »

Les sites en ligne, et bien évidemment le plus grand d’entre eux « Le Petit Vapoteur » nous permettent d’acquérir ces flacons de gel hydroalcoolique à des prix abordables voire très bas (1.8€ à 2€ pour 60 ml).


SEVRAGE TABAGIQUE, UNE IMPORTANCE CRUCIALE CONTRE LE COVID-19


C’est sans réelle surprise que l’arrivée de cette pandémie de coronavirus (Covid-19) met encore plus en lumière le danger du tabagisme pour la santé. En effet, le gouvernement précise sur sa plateforme officielle que « la consommation régulière de produits inhalés (tabac, cannabis, cocaïne, crack, etc.) augmente le risque d’infection et de forme sévère.« .

En effet, les fumeurs sont exposés aux risques de complications élevés au regard de l’irritation des voies respiratoires dont ils souffrent.  Un autre problème et de taille est la fréquence à laquelle les doigts sont portés à la bouche lorsqu’on grille une cigarette, le virus trouve ainsi une porte d’entrée idéale vers l’intérieur de l’organisme.

Mais que peut-on dire sur la relation vapotage / Covid-19 ? Et bien les avis divergent comme souvent !

Concernant le Comité national contre le tabagisme (CNCT), il estime que « Les particules présentes dans la vapeur exhalée par les vapoteurs infectés par le coronavirus sont potentiellement porteuses du virus et peuvent être à l’origine de contaminations par vapotages passif et ultrapassif.« . Le CNCT déclare « Les nuages de fumée et de vape qui circulent jusqu’à dix mètres autour de l’usager seraient aussi potentiellement contagieux.« .

Pourtant ce n’est clairement pas l’avis du Pr Bertrand Dautzenberg, ancien pneumologue à l’Hôpital de la Salpêtrière et tabacologue à l’Institut Arthur Verne qui précise qu’une transmission du virus par la vapeur n’a pas été prouvée scientifiquement. Mais il confirme pourtant la présence d’un danger de contact via les yeux, le nez et la bouche, et les gouttelettes de salive expulsées qui transmettent le covid-19.

Comme souvent, on parlera plutôt de « réduction des risques » avec le vapotage et non « d’absence de risques » car il est difficile de demander à un fumeur ou à un vapoteur d’arrêter totalement d’utiliser une e-cigarette. Si vous continuez à utiliser votre e-cigarette pendant cette période de pandémie, il sera essentiel de respecter certaines règles sanitaire en protégeant votre matériel et vos produits. De plus nous vous invitons à faire preuve de civisme en limitant le rejet de vapeur pour protéger votre entourage.

Cela ne fait aucun doute que la vape sauvait des vies avant la pandémie, elle en sauvera pendant et encore après celle ci. Cette période funeste et difficile est une nouvelle occasion de mettre en avant ce formidable outil de réduction des risques auprès des fumeurs. Alors invitons les fumeurs à découvrir le vapotage et la réduction des risques au moment même ou ceux-ci seront à la recherche de quoi se désinfecter les mains.

 

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Ayant une formation de spécialiste en communication, je m'occupe d'une part des réseaux sociaux du Vapelier OLF mais je suis également rédacteur pour Vapoteurs.net .