Top banner
Top banner
Top banner
Top banner
DOSSIER : La réglementation de l’e-cigarette dans le monde, ou peut-on vaper ?

DOSSIER : La réglementation de l’e-cigarette dans le monde, ou peut-on vaper ?

Voici bien une question légitime pour celles et ceux qui voyagent, car il y a des pays où on ne plaisante pas avec l’e-cigarette. Trop nombreuses encore sont les nations ou vapoter peut être considéré comme un acte délictueux. Pour des raisons bien souvent obscures et à contre-sens des études scientifiques sérieuses, ces états interdisent, empêchent et, parfois, sanctionnent ce qui n’est au départ qu’une volonté personnelle de s’arracher à la tragédie tabagique.


DES LÉGISLATIONS FLUCTUANTES


Les diverses législations peuvent varier, au gré des gouvernements successifs ou des avancées ou reculades sociétales, aussi je n’affirme pas l’exhaustivité ou l’actualité des renseignements que vous découvrirez plus bas. Nous allons dire qu’il s’agit d’un cliché instantané, témoin des premiers mois de 2019, qui subira probablement des modifications dans les temps à venir. Nous souhaitons juste que la couleur majoritaire aille bien dans le sens de l’évolution sanitaire majeure que représente la vape…


UNE CARTE POUR COMPRENDRE


Sur la carte, vous pouvez observer, en vert, les endroits qui autorisent la vape, excepté dans les endroits publics fermés (cinémas, hôtels, musées, administrations…) où la législation l’interdit communément.

En orange clair, ça n’est pas forcément clair justement. En effet, les règlements en la matière peuvent changer suivant les régions visitées et vous devrez vous renseigner plus avant sur les conditions dans lesquelles il vous sera possible de vaper, sans encourir le risque de vous voir confisquer votre matériel, et/ou devoir payer une amende.

En orange foncé, c’est très règlementé et pas forcément dans le sens qui nous arrange. En Belgique ou au Japon, par exemple, il est autorisé de vaper sans liquide nicotiné. Autant dire qu’il y est interdit de vaper librement et vous aurez toutes chances de vous faire contrôler et de devoir prouver que votre fiole est bien dépourvue de nicotine.

En rouge, on oublie carrément. On risque la confiscation, l’amende ou, comme en Thaïlande, un emprisonnement garanti. C’est d’ailleurs arrivé à une touriste française qui n’a pas vraiment dû apprécier ses vacances comme elle l’aurait souhaité.

En blanc, les pays dont il est difficile de connaitre avec précision, ni parfois même « en gros », la législation en vigueur sur le sujet (certains pays d’Afrique et du Moyen Orient). Là encore, renseignez-vous et n’amenez que du matériel minimaliste et bon marché, sans trop compter pouvoir trouver un shop pour effectuer votre petit marché à nuage.


UNE RÉFLEXION S’IMPOSE AVANT LE DÉPART


Quoi qu’il en soit et où que vous alliez, prenez les renseignements adéquats pour éviter de vous retrouver en fâcheuse posture. Ne tentez surtout pas de dissimuler votre matériel au passage en douane. Au mieux, on risque de vous le confisquer. Au pire vous devrez en plus vous acquitter d’une amende pour tentative d’introduction d’objet/substance frauduleuse dans le pays en question.

Sur l’eau, en principe, c’est sans trop de problèmes. Si vous vous trouvez dans les eaux internationales et dans votre propre embarcation, rien ne vous empêche de vous adonner à la vape.

A partir du moment où vous entrez dans les eaux territoriales et/ou vous voyagez dans un bateau de croisière (voyage collectif) vous serez soumis :

1. Au règlement intérieur propre à la compagnie qui vous transporte.
2. Aux lois du pays dont dépendent les eaux territoriales où vous vous trouvez. Ce second cas étant aussi valable dans votre propre bateau, rangez votre matériel loin des regards en cas de contrôle inopiné. Vous pourrez toujours arguer que vous respectez la loi et que vous ne vapotez qu’hors des eaux appartenant au pays en question.


LE MONDE DE LA VAPE


Après ce petit topo général, nous allons passer aux cas particuliers en essayant de détailler un peu mieux les diverses situations et positions officielles, lorsqu’elles existent, des pays litigieux ou vraiment hostiles.

En règle générale, lorsque les e-liquides, nicotinés ou non, sont autorisés, la limite d’âge pour s’en procurer ou les utiliser est l’âge de la majorité du pays concerné. Les publicités pour promouvoir la vape ne sont pas ou peu tolérées. Il est aussi interdit de vaper quasiment partout où il est interdit de fumer. Je vous convie donc à un petit tour du monde des particularités.


EN EUROPE


La Belgique est le pays d’Europe de l’ouest le plus restrictif concernant les liquides. Pas de nicotine à la vente, point. Pour les magasins physiques, Il est maintenant interdit de faire tester un e-liquide dans un espace de vente car c’est un endroit clos accueillant du public. En Belgique, vaper est soumis aux mêmes contraintes que la cigarette classique car le conseil d’état considère que les produits de la vape, même sans nicotine, sont assimilés aux produits du tabac. De plus, pour vapoter dans la rue, le consommateur devra être en mesure de fournir une facture d’achat en cas de contrôle. A contrario, la consommation d’e-liquides et cartouches pré-remplies contenant de la nicotine est toutefois autorisée. Un paradoxe supplémentaire qui ne simplifie pas vraiment l’équation.

La Norvège n’est pas dans l’UE et possède des lois indépendantes. Ici, il est interdit de vaper des liquides nicotinés sauf si vous êtes en possession d’un certificat médical attestant votre besoin d’e-liquide nicotiné pour arrêter de fumer.

L’Autriche a adopté un système similaire à la Norvège. Ici, la vape est considérée comme un substitut médical et seule la possession d’une ordonnance vous autorisera à vaper sans tracas.

En Europe centrale, nous n’avons pas trouvé de restrictions ou règlements significatifs. Prenez tout de même même les précautions élémentaires qui s’imposent si vous devez séjourner quelques temps dans ces pays en contactant par exemple l’ambassade ou un consulat avant votre déplacement. Outre les renseignements législatifs en vigueur spécifiques à la vape, il vaudra mieux prévoir votre autonomie en jus et matériel.


EN AFRIQUE DU NORD ET AU PROCHE ORIENT


En règle générale, le statut de touriste donne lieu à une certaine bienveillance des autorités dans les pays africains où la vape est tolérée. En respectant les règlements locaux comme les restrictions d’usage de la cigarette en public ou dans certains lieux, vous devriez pouvoir vaper tranquillement. Ne provoquez pas, n’affichez pas ostensiblement votre différence de mœurs et les gens ne vous tiendront pas rigueur de votre différence ou de vos comportements.

La Tunisie. Ici, tous les produits de la vape sont soumis au monopole de la régie nationale du tabac qui gère les importations et réglemente les ventes. N’escomptez pas trop vous procurer du matériel de dernière génération et encore moins des jus premium, à moins d’avoir accès aux réseaux parallèles omniprésents dans le pays à vos risques et périls. Vous avez le droit de vaper mais, en public, nous vous conseillons une certaine discrétion et le respect des règles.

Le Maroc. Dans les sites touristiques en bord de mer, pas de restrictions particulières avec toutefois le souci de discrétion qui s’impose dans les pays musulmans d’une manière générale. On trouve des vap’shops et le commerce des jus est actif. Dans l’intérieur du pays, le réseau est moins implanté mais nos lecteurs n’ont pas relevé de dispositions coercitives sur la vape.

Le Liban a banni la vape en juillet 2016. Si vous ne pouvez vous passer de vaper, c’est donc une destination à éviter.

La Turquie. Bien qu’à priori, vous ayez le droit de vaper, la vente des produits de la vape est strictement interdite. Selon la durée de votre séjour, prévoyez quelques fioles et favorisez la discrétion. Comme dans tout le proche/moyen Orient d’une manière générale.


EN AFRIQUE ET AU MOYEN ORIENT


Alors que s’est tenu le MEVS Vape Show au Bahrein du 17 au 19 janvier 2019, réunissant des professionnels du monde entier, notamment d’Inde et du Pakistan, d’Afrique du Nord et d’Asie, vaper peut s’avérer problématique dans cette région du monde, une grande prudence est donc de mise en fonction des pays que vous allez traverser.

Qatar, Emirats Arabes Unis et Jordanie : Interdiction totale à-priori (données de 2017). Un marché noir s’installe petit à petit dans ces contrées mais, en tant qu’étranger européen, je vous déconseille d’y prendre part à moins de connaitre une personne de confiance. Dans les Émirats Arabes Unis, un de nos lecteurs nous rapporte ne pas avoir rencontré de problèmes particuliers dés lors que son e-liquide a été analysé en douane et qu’il respectait les règles des zones fumeurs.

Sultanat d’Oman : Vous pouvez vaper mais vous ne trouverez rien pour vous équiper ou recharger en liquide, toute vente de produits de la vape étant interdite.

Afrique du Sud. L’état considère la vape comme toxique pour la santé. Le pays a donc adopté des lois restrictives le faisant passer pour un des moins tolérants en la matière. Les produits sont sous contrôle à l’importation et neutres en indications commerciales. Un vapoteur étant considéré peu ou prou comme un drogué, vous ne serez donc pas à l’abri de tracasseries probablement onéreuses.

Égypte. Le pays n’a pas adopté pas de législation suffisamment définie pour y voir clair. Dans les centres touristiques, la vape commence à faire des émules locaux, qui se débrouillent pour vendre et acheter le nécessaire, vous y trouverez donc certainement un minimum de choix. Ailleurs dans le pays, prenez des renseignements sur les usages locaux, afin de ne pas commettre d’impair au mauvais endroit et subir les désagréments d’usage.

Ouganda. Ici, c’est plutôt simple. Tout commerce des produits de la vape est interdit.

Tanzanie. Aucune règlementation dans ce pays mais vous ne trouverez aucun commerce pour vous dépanner. Vapez avec discrétion, n’emportez que du matériel bon marché et, comme en Afrique en général, évitez de montrer quelque signe extérieur de richesse.

Le Nigeria. Comme en Tanzanie, il n’existe aucune règle, si ce n’est de ne pas vaper en public, pour ne froisser personne et ne pas attiser la tentation d’éventuels détrousseurs de touriste.

Le Ghana. Depuis fin 2018 l’e-cigarette est interdite au Ghana. Les données réglementaires et les lois sur le sujet font vraiment défaut pour nombre de pays de ce continent immense. Les lois, comme les gouvernements, changent. Aussi, je le répète, renseignez-vous auprès des consulats, ambassades ou des voyagistes si vous ne connaissez personne sur place. Ne partez pas sans savoir un minimum à quoi vous en tenir.


EN ASIE


On trouve en Asie absolument tout et son contraire en matière de législation et règlements. Du plus permissif au plus sévère sans aucune possibilité d’y couper. Dans les cas des pays cités ci-après, toujours le même conseil, prenez des renseignements sur les endroits où vous allez vous retrouver, en transit ou pour quelques temps.

Japon. Pour les vapoteurs, c’est l’obscurité au pays du soleil levant. Les autorités considèrent les produits nicotinés comme des médicaments non homologués. Ils sont donc interdits dans tous les cas, y compris si vous êtes munis d’une ordonnance. On peut vaper sans nicotine et il vaut mieux se munir du flacon le spécifiant.

Hong Kong. On ne badine pas avec la santé à Hong Kong : vape interdite, commerce interdit, mais vous pourrez acheter autant de cigarettes que vous le voulez…

Thaïlande. Sites paradisiaques, étendues d’eau turquoise et dix ans de prison si vous n’avez pas lu le panneau à l’entrée. La vape est totalement interdite et il s’agit ici d’un des pays les plus coercitifs contre la vape.

Singapour. A l’image de la Thaïlande, c’est en prison que vous finirez si vous ne respectez l’interdiction totale de vaper.

Inde. Depuis septembre2018, le vapotage est désormais prohibé dans les six états indiens (Jammu, Kashmir, Karnataka, Punjab, Maharashtra et Kerala). Il est à noter que, bien souvent, les nations les plus restrictives en matière de vapotage sont aussi les plus grosses productrices/exportatrices de tabac, comme le Brésil, l’Inde ou l’Indonésie.

Philippines. La vape semble être en passe d’être autorisée, sous certaines dispositions en cours d’adoption, comme l’interdiction dans les lieux publics et l’obligation de majorité pour les achats.

Vietnam. Interdiction totale d’usage et de vente.

L’Indonésie. Gros producteur de tabac, le pays autorise la vape mais taxe à 57% les liquides nicotinés.

Taiwan. Ici, les produits nicotinés sont considérés comme des médicaments. Le commerce de la vape est totalement assujetti à des officines gouvernementales pointilleuses, donc vous ne trouverez pas grand-chose. Si vous ne pouvez éviter la destination, pensez à vous munir d’une ordonnance ou d’un certificat médical.

Cambodge. Le pays a interdit l’usage et la vente des produits de la vape depuis 2014.

Sri Lanka. Très peu d’informations sur la réglementation dans ce pays néanmoins un lecteur vapoteur qui s’est rendu dans ce pays nous indique qu’il n’y a aucun soucis particulier. Vous pourriez même devenir l’attraction de la population locale. Il est tout de même conseillé de ne pas vapoter devant les temples.


EN OCÉANIE


Australie. On peut certes y vaper… mais sans nicotine. Dans certains états, il est carrément prohibé d’acheter des produits de la vape, même à 0%. L’Australie est le seul pays du continent à avoir une législation si contraignante. Préférez donc la Papouasie, la Nouvelle Guinée, la Nouvelle Zélande, Fidji ou les iles Salomon si vous avez le choix.

 

 

 

 


EN AMÉRIQUE CENTRALE ET DU SUD


Mexique. Vaper est « autorisé » au Mexique mais il est interdit de vendre, importer, distribuer, promouvoir ou acheter tout produit de la vape. Une législation, créée au départ pour réguler les ventes de cigarettes en chocolat (!), s’applique aussi à la vape. Il n’existe pas de loi explicite pour interdire ou autoriser l’e-cigarette, vous pouvez donc tenter la chose tout en ne perdant pas de vue qu’en l’absence de loi claire, l’interprétation sera laissée aux policiers plus ou moins zélés que vous pourriez croiser…

Cuba. Grâce à une absence de règlementation, vaper n’est pas ici considéré comme illégal. Vous pourrez généralement vaper partout où fumer est autorisé. Restez cependant discret, n’oubliez pas que vous vous trouvez au pays du cigare.

République Dominicaine. Pas de règles claires là-bas non plus. Certains ont rapporté ne pas avoir eu d’ennui en vapant à travers le pays, mais il a aussi été confirmé des confiscations sur des arrivages de groupes par les douaniers. Au même titre que l’importation d’alcool, l’entrée de produits de la vape sur le territoire semble être mal tolérée par les officiels.

Brésil. Toute forme de vapotage est officiellement interdite au Brésil. Cela étant, il semblerait que vaper reste toléré dans les lieux autorisé aux fumeurs, avec votre propre matériel et votre réserve de jus. N’en cherchez toutefois pas là-bas et ne tentez pas de vendre ou de montrer des produits neufs emballés aux douaniers, auxquels il vaut mieux ne rien cacher.

Uruguay. En 2017, la vape y était totalement prohibée. Il semble que la législation n’ait pas évolué depuis.

Argentine. Vaper est totalement prohibé, c’est tout simple.

Colombie. Il y a peu, vaper était strictement interdit. Cependant, les règles semblent être en train de changer dans le sens d’un assouplissement. Dans le doute, restez discrets et prévoyez le pire en cas de contrôle de police. Un matériel bon marché sera plus facilement laissé sur place en cas de confiscation.

Pérou. Pas de législation spécifique. À priori, vaper ne semble pas illégal, certains ont même pu acheter des recharges dans les centres urbains. Un certain laxisme semble régner, restez tout de même prudents hors des grands centres, ce qui n’est pas strictement interdit pouvant très bien ne pas être strictement autorisé partout.

Venezuela. Le pays traversant une période troublée, l’interprétation de la loi, inexistante en l’état, sera différente suivant votre interlocuteur. Evitez de vous mettre en défaut.

Bolivie. C’est le flou total en matière de réglementation. Considérer la vape comme interdite semble donc être le plus prudent. Évitez de vous exposer en public si vous succombez quand même à la tentation.


A VOUS DE JOUER !


Voici donc la fin de notre petit tour du monde qui laisse encore pas mal de destinations où vous n’aurez pas de problème, en respectant les lois et règles locales. Une dernière fois pensez à prendre les renseignements nécessaires avant de partir, pas que pour la vape d’ailleurs, certaines habitudes occidentales pouvant être très mal interprétées dans des contrées de cultures/religions/coutumes différentes. En tant qu’invité et, en un sens, représentants de la vape, sachez faire preuve de savoir vivre en pays étranger.

Si vous-mêmes, au cours d’un de vos périples, constatez des contradictions, évolutions, ou inexactitudes dans l’article présenté ici, nous vous serons obligés de bien vouloir en faire part aux lecteurs de ce média, en utilisant les contacts pour nous les communiquer. Après vérifications, nous nous ferons un devoir de les intégrer afin de garder cette information actualisée.

Merci de votre attentive lecture et de votre prochaine participation à la mise à jour de ce dossier.

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Précédent : FLASHWARE : Epod 500mAh (Ebossvape)
Suivant : REVUE / TEST : Mocha (Gamme Black) par V’ape

A propos de l'auteur

Antoine, le demi-siècle passé, a mis un terme à 35 ans de tabagie du jour au lendemain grâce à la vape, en rigolant et durablement.

Laisser une réponse