Top banner
DOSSIER : Pourquoi le « DIY » fait un carton ?

DOSSIER : Pourquoi le « DIY » fait un carton ?

Si il y a encore un an, faire son e-liquide était plutôt réservé aux vapoteurs déjà initiés, les fabricants de e-liquides se sont adaptés à un marché en pleine explosion. Aujourd’hui le « DIY » (Do it yourself) fait un véritable carton  à tel point que tous les fabricants de e-liquides sortent les uns après les autres de quoi faire son petit jus à la maison. En quoi consiste le DIY ? Pourquoi fait il autant un carton ?  Représente il le futur dans le marché du e-liquide ? Vapoteurs.net vous propose un dossier complet et inédit sur ce phénomène qui prend chaque jour un peu plus d’ampleur.


LE « DIY » C’EST QUOI ? COMMENT CA MARCHE ?


DIY est un terme anglais qui signifie « Do It Yourself » en Français « Fais le toi même« . Il existe du DIY pour à peu près tout et dans la vape, vous pouvez fabriquer aussi bien votre matériel (mods, box, drip-tip…) que vos e-liquides. Faire son e-liquide soi même est devenu une véritable habitude pour une bonne partie des vapoteurs et il y a de multiples raisons à cela. Alors évidemment, pour faire son e-liquide soi même, il faut déjà avoir certaines connaissances de bases :

1) Utilisation de base avec ou sans nicotine.
Pour fabriquer votre e-liquide, il vous faudra ce que l’on appelle de la base, celle ci peut être composée de propylène glycol, de glycérine végétale ou d’un mix des deux produits. C’est à vous de choisir votre proportion qui, en général, se décompose ainsi : 50%/50%80%/20%70%/30%60%/40%100%. En plus, cette base peut contenir ou non de la nicotine dans les proportions de votre choix (0mg / 3mg /6mg/ 9mg/ 12mg /14mg /16mg /18mg). L’intérêt de vous procurer de la base toute prête est de ne pas avoir à manipuler la nicotine pure, si vous ne désirez pas avoir de nicotine dans vos e-liquides, vous avez la possibilité de trouver séparément du propylène

2) Utilisation d’arômes ou de concentrés.
Une fois que vous avez choisi votre base, il vous faudra évidemment l’aromatiser. Pour cela, deux possibilités s’offrent à vous : La plus simple consiste à utiliser des « concentrés » que vous aller doser assez simplement (généralement à 10% ou 15%). Pour le calcul c’est assez simple : Si vous voulez faire 30ml de e-liquide et que le concentré se dose à 15%, il faudra faire (30 x 15) / 100 = 4.5ml. Pour 30ml de e-liquide, il vous faudra donc 25,5 ml de base et 4,5ml de concentré. L’intérêt du concentré réside dans la simplicité et dans le temps assez réduit de « steep » de votre e-liquide. Pour les arômes, cela s’avère un peu plus fastidieux et vous demandera de nombreux tests avant d’obtenir un e-liquide de qualité. L’utilisation d’arômes est plutôt prévue pour les personnes qui souhaitent faire un e-liquide qui leur ressemble vraiment et qui ont du temps devant eux.

3) Utilisation d’additifs.
Si vous décidez d’utiliser des arômes, votre e-liquide risque de manquer de goût si vous n’ajoutez pas d’additifs. Il y a toute une série de produits que vous pouvez utiliser pour adoucir, sucrer ou donner du peps à votre e-liquide : Ethyl maltol, furaneol, cristaux de menthol, muscade, sweetener, koolada, muscade, piment, vanilline… Mais sachez que si la possibilité de créer sa recette peut être motivante, la maitrise de ces additifs dans la conception et le dosage n’est pas chose aisée.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur la composition d’un e-liquide, la façon de « steeper » un e-liquide ou si vous désirez dès maintenant vous lancer dans la confection de votre premier jus n’hésitez pas à consulter nos revues :

Revue : Composition d’un e-liquide
Revue : Steeper un e-liquide
Revue : Le Diy – Comment ça marche ?
Revue : Le Diy – Comment ça marche ? Aromes, Bases, Nicotine
Revue : Faire son 1er e-liquide soi même

 


POURQUOI FAIRE SES E-LIQUIDES SOI-MÊME PLAIT IL AUX VAPOTEURS ?


Si le DIY a fait une percée sur le marché du e-liquide, c’est pour plusieurs raisons, tout d’abord l’aspect financier qui pour pas mal de vapoteurs est un choix déterminant. Il est clair que le « fait maison » s’avère être beaucoup plus rentable que l’achat de e-liquide déjà prêt. Comptez environ de 5 à 10 euros pour 10 ml de e-liquide déjà prêt contre 0.60 ct à 1 euro pour 10ml de e-liquide « Diy », autant dire que la différence est plus que flagrante ! Si le fait d’avoir démarré la vape vous fait faire des économies, vous mettre au DIY pourrait vous permettre d’en faire encore plus, car au final ce n’est pas le matériel qui vaut cher mais le carburant utilisé.
De plus soyons honnêtes… Les atomiseurs de dernière génération consomme bien plus qu’avant et devient difficile pour pas mal de personnes de dépenser plusieurs centaines d’euros de e-liquide par mois !

Évidemment ce n’est pas la seule raison qui fait que les vapoteurs adorent le « Do it yourself« , le fait de pouvoir créer sa propre recette fait partie du charme de la chose. Ainsi en prenant un peu le temps de tester vos arômes, il est possible de créer votre e-liquide exactement comme vous l’aimez ! Et les marques l’ont bien compris, beaucoup d’entres elles proposent donc leurs meilleures arômes en concentré afin que vous puissiez refaire votre e-liquide à la maison avec le dosage que vous souhaitez.


Y A T’IL DES RÈGLES A RESPECTER POUR FAIRE SES E-LIQUIDES SOI-MÊME ?


Si vous désirez préparer des e-liquides sans nicotine, il n’y a rien à craindre car le risque réside dans son utilisation. A partir du moment ou vous devez manipuler de la nicotine, il faut vous protéger car celle-ci a la propriété de passer à travers la peau. L’utilisation de lunettes et de gants vous protégeront d’une mauvaise manipulation. Au cas ou vous auriez de la base nicotinée sur les mains pensez à vous les laver sans attendre afin d’éviter tout effet désagréable provoqué par une surdose (maux de tête, nausée..). Également, nous vous déconseillons fortement de fabriquer vous même votre base avec de la nicotine pure, celle-ci s’avère être plus dangereuse et une mauvaise manipulation pourrait s’avérer catastrophique.

 


EST CE BIEN SAIN DE FAIRE SON E-LIQUIDE A LA MAISON ?


Et oui ! Il faut également se poser la question de savoir si le « Do it yourself » ne comporte pas des risques sanitaires. Comme on le sait, nous n’avons pas à la maison la possibilité d’appliquer les mesures sanitaires qu’il y a dans un laboratoire spécialisé. Il y a donc forcément un risque à créer son e-liquide soi-même mais dans quelles proportions…? Il est difficile de le savoir. De plus, récemment, plusieurs professionnels ont attiré l’attention en expliquant que le mélange de plusieurs arômes pouvaient par la suite créer une préparation de mauvaise qualité voire nocive. Il est évident qu’en chimie, on ne peut normalement pas s’amuser à tout mélanger et bien que notre vision des choses nous poussent à mélanger selon notre bon sens, dans la pratique ce n’est pas aussi simple.

Et il y a également les taux de diacetyl ainsi que d’acetyl propionyl qui sont uniquement dues aux arômes et que nous ne pouvons pas contrôler en créant nos e-liquides nous-mêmes. Évidemment, tous les professionnels ne sont pas non plus regardant à ce niveau mais tout de même.

 


LE « DO IT YOURSELF » REPRÉSENTE-T-IL LE FUTUR DANS LE MARCHE DU E-LIQUIDE ?


Dans l’absolu, il est clair que le « DIY » représente le futur du marché du e-liquide et pour s’en rendre compte il suffit de voir le nombre de fabricants qui proposent maintenant cette opportunité. Les vapoteurs comme tout consommateur veulent avoir le meilleur e-liquide possible au prix le plus bas possible et actuellement il n y a que le « Do it yourself » qui propose cette possibilité. Il parait évident qu’avec l’explosion de ce nouveau marché, les fabricants devraient tous être obligés de s’y mettre en proposant généralement des concentrés de leurs « produits phares ». De plus la TPD (Transposition directive tabac) devrait permettre au marché du DIY d’exploser en début d’année prochaine avant l’interdiction.


OU TROUVER DE QUOI FAIRE SON E-LIQUIDE SOI-MÊME ?


Il existe de nombreuses boutiques proposant tout ce qu’il vous faut pour faire vos e-liquides maisons, voici quelques possibilités pour vous aider à vous y retrouver :

Marque « Revolute« : Base avec et sans nicotine, arômes, additifs, concentrés
Marque « Fuu«  : Base avec et sans nicotine, concentrés
Marque « A&L«  : Base avec et sans nicotine, arômes, matériels
Marque « Solub-arôme«  : Base avec et sans nicotine, arômes, additifs, concentrés, matériels
Marque « Inawera«  : Base avec et sans nicotine, arômes, additifs, concentrés, matériels
Marque « Molinshop«  : Base avec et sans nicotine, arômes, matériels
Marque « Bordo2«  : Base avec et sans nicotine, arômes, matériels
Marque « Mac Diyer«  : Base avec et sans nicotine.
Marque « Vincent dans les vapes«  : Base avec et sans nicotine
Marque « Diy And Vap«  : Base avec et sans nicotine, arômes, additifs, concentrés, matériels
Marque « Vapmisty«  : Base avec et sans nicotine, arômes, additifs, concentrés, matériels

Arômes et concentrés : T-juice , Flavour Art, Revolute, Bordo2, Inawera, Molinshop, Solubarome, Capella, Flavor west, Perfumer’s apprentice, A&L, Vampire vape, The fuu, Quacks Juice, Jin & Juice, Reign Drops, Diy and vape, Mount Baker Vapor, T-svapo, Vapmisty, Les bons aromes, Les 7 péchés capitaux, Prophecy, Wera garden, Tino D’milano,

 

 

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Rédactrice et correspondante Suisse. Vapoteuse depuis de nombreuses années, je m'occupe principalement de l'actualité suisse.