Top banner
DROIT : L’Allemagne pourrait tenter d’utiliser son autorité européenne pour s’attaquer à la vape !

DROIT : L’Allemagne pourrait tenter d’utiliser son autorité européenne pour s’attaquer à la vape !

L’arrivée de l’Allemagne à la présidence de l’Union Européenne pourrait bien être une catastrophe pour la vape. En effet, selon certaines sources le pays pourrait utiliser sa présidence imminente de l’UE afin de bloquer davantage les produits de la vape dans toute l’Europe.


Daniela Ludwig, avocate et politicienne allemande de l’Union sociale chrétienne et membre du Bundestag depuis 2002

VAPE, PRESIDENCE DE L’UE, LOBBYING MALFAISANT ?


L’avenir de la vape en Europe pourrait bien se jouer très prochainement avec l’arrivée de l’Allemagne à la présidence de l’Union Européenne. Selon le site Die Welt, le commissaire fédéral allemand aux drogues espère utiliser la présidence imminente de son pays afin de bloquer davantage les produits de la vape dans toute l’Europe.

Die Welt écrit que Daniela Ludwig a identifié une opportunité de transférer son détestation des produits de réduction des risques à un public plus large alors que l’Allemagne prend ses six mois de présidence pour le deuxième semestre 2020. La politicienne de 44 ans de Rosenheim compte également sur l’Union européenne.

La réglementation est toujours différente d’un pays à l’autre. À partir de cet été, l’Allemagne assumera la présidence du Conseil de l’UE. « Nous avons l’occasion d’en parler aux pays. J’aurais déjà préparé un catalogue pour l’e-cigarette », a expliqué Ludwig. Par exemple, les règles de taxation ou de composition devraient être normalisées.

La commissaire ne laisse aucun doute sur son objectif primordial.  » Je veux que les gens s’éloignent de la cigarette, que ce soit du tabac ou un autre produit « , a déclaré Ludwig.

Daniela Ludwig est favorable à la fois à l’interdiction de la publicité pour les cigarettes électroniques et à la taxation des e-liquides en Allemagne au même taux que ceux appliqués pour le tabac, ainsi qu’à la restriction stricte des arômes.

Il est important de noter que cette situation a lieu malgré un rapport du gouvernement fédéral sur les drogues et les toxicomanies présenté par Ludwig en 2019 concluant que les e-cigarettes sont nettement moins nocives que le tabagisme, et  de l’Institut de recherche sur les toxicomanies de l’Université des sciences appliquées de Francfort déclarant que le potentiel de l’e-cigarette en Allemagne a été « massivement sous-estimée ».

L’ETHRA (European Tobacco Harm Reduction Advocates) qui regroupe de nombreux acteurs de la réduction des risques tabagique en Europe est préoccupée par l’arrivée de la présidence allemande et ce que cela pourrait générer pour les vapoteurs dans les États membres de l’UE. L’ETHRA espère qu’elle utilisera son mandat judicieusement au lieu d’instaurer une réglementation naïve et irréfléchie sur le continent.

Selon l’ETHRA, l’Europe n’a pas de leçon à recevoir de l’Allemagne sur le vapotage et l’UE aurait tort de contraindre les États membres à une législation contre-productive sur la fiscalité, les arômes et la publicité concernant les produits de nicotine avec réduction des risques.

«Il est décevant que Mme Ludwig souhaite que les politiques allemandes ratées soient transférées à l’Union Européenne dans son ensemble», a déclaré Hendrik Broxtermann du partenaire ETHRA ExRaucher (IG), « La réglementation du vapotage en vertu de l’actuelle directive européenne sur les produits du tabac n’est pas parfaite mais peut être acceptable. Nous devrions chercher à améliorer la réglementation que nous avons en libéralisant certains domaines, sans imposer davantage de restrictions qui ne peuvent que protéger le commerce des cigarettes. La taxation des produits de la vape dissuadera des millions de fumeurs d’essayer des produits plus sûrs ; l’interdiction ou la restriction des arômes enlèvera un facteur majeur dans l’attrait du vapotage comme substitut au tabagisme ; et l’interdiction de la publicité rendra les produits beaucoup plus sûrs moins visibles pour les personnes qui en ont besoin.  »

« Ce que Mme Ludwig devrait faire, c’est s’engager avec les personnes qui utilisent ces produits au lieu de se prononcer d’une position idéologique, tout en ignorant ses propres experts scientifiques sur le sujet. »

Source : ETHRA

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Ayant une formation de spécialiste en communication, je m'occupe d'une part des réseaux sociaux du Vapelier OLF mais je suis également rédacteur pour Vapoteurs.net .