Top banner
Top banner
Top banner
E-CIGARETTE : La commission européenne publie son Eurobaromètre 2017.

E-CIGARETTE : La commission européenne publie son Eurobaromètre 2017.

A l’occasion de la journée mondiale sans tabac, la Commission Européenne a publié son Eurobaromètre 2017 concernant « l’attitude des Européens envers le tabac et les cigarettes électroniques« . Dans son prélude au rapport, la Commission précise que la consommation de tabac reste le principal risque évitable pour la santé dans l’Union européenne et est responsable de 700 000 décès chaque année. Environ 50% des fumeurs meurent prématurément, entraînant la perte de 14 ans de vie en moyenne. En outre, les fumeurs sont également plus susceptibles de souffrir de certaines maladies en raison de leur consommation de tabac, y compris de maladies cardiovasculaires et respiratoires.


EUROBAROMÈTRE : L’ÉTAT DES LIEUX DE L’UNION EUROPÉENNE


L’Union européenne et ses États membres ont travaillé à réduire l’utilisation du tabac à travers une série de mesures, y compris avec la réglementation des produits du tabac, la limitation de la publicité des produits du tabac, la mise en place d’environnements sans fumée et la lutte contre le tabagisme.

Certaines des initiatives les plus récentes comprennent la directive révisée sur les produits du tabac, qui est devenue applicable dans les États membres le 20 mai 2016. La directive prévoit une série de mesures, y compris des avertissements de santé picturale importants sur les paquets de cigarettes et le tabac à rouler, comme Ainsi que l’interdiction des cigarettes et du tabac à rouler avec des arômes caractérisants. L’objectif de la directive sur les produits du tabac est de faciliter le fonctionnement du marché intérieur tout en protégeant la santé publique et, en particulier, de protéger le public contre les effets néfastes de la consommation de tabac, ainsi que d’aider les fumeurs à abandonner.

La Commission européenne effectue régulièrement des sondages d’opinion publique pour surveiller l’attitude des Européens à l’égard d’une série de problèmes liés au tabac. Cette enquête est la plus récente d’une série qui a été menée depuis 2003 avec le dernier sondage en 2014. L’objectif général de ces enquêtes est d’évaluer la prévalence du tabagisme et l’exposition à la fumée de tabac dans les lieux publics, d’explorer les motivations qui amènent au tabagisme afin d’aider à identifier les mesures qui pourraient réduire le nombre de fumeurs dans l’UE. En plus de ces thèmes généraux, l’enquête actuelle explore également l’utilisation et la publicité des cigarettes électroniques (e-cigarettes).


EUROBAROMÈTRE : QUEL CONSTAT POUR LES FUMEURS DANS L’UNION EUROPÉENNE EN 2017 ?


Avant de traiter la sujet principal qui nous intéresse, c’est à dire la cigarette électronique faisons un petit point sur les données que l’on trouve dans cet Eurobaromètre concernant le tabagisme. Tout d’abord, on apprend que la proportion globale de fumeurs dans l’Union Européenne est restée stable (26%) depuis le dernier baromètre de 2014.

– Un quart (26%) des répondants sont des fumeurs (pareil qu’en 2014), tandis que 20% sont d’anciens fumeurs. Plus de la moitié (53%) n’ont jamais fumé. Une augmentation de la consommation dans le groupe d’âge de 15 à 24 ans est observée depuis 2014 (de 24% à 29%).
– Il existe d’importantes différences de consommation dans l’UE avec des taux de tabagisme toujours plus élevés en Europe du Sud. Plus d’un tiers des répondants en Grèce (37%), la Bulgarie (36%), la France (36%) et la Croatie (35%) sont fumeurs. D’autre part, la proportion de fumeurs est de 7% en Suède et de 17% au Royaume-Uni.
– Les hommes (30%) sont plus susceptibles de fumer que les femmes (22%), de même que les personnes âgées de 15 à 24 ans (29%) par rapport aux personnes âgées de 55 ans ou plus (18%).
– Plus de 90% des fumeurs consomment du tabac tous les jours, la majorité choisissant des paquets de cigarettes déjà faites. Les fumeurs quotidiens fument en moyenne 14 cigarettes par jour (14,7 en 2014 pour 14,1 en 2017), mais il y a des différences notables entre les pays.
– La majorité des fumeurs commencent à fumer avant l’âge de 18 ans et abandonnent le tabagisme une fois passé à l’age adulte. Plus de la moitié (52%) des fumeurs ont développé cette habitude du tabagisme avant l’âge de 18 ans, ce qui ne varie pas beaucoup en Europe. Dans la plupart des cas (76%), les fumeurs continuent de fumer pendant au moins 10 ans après avoir commencer.

– La plupart des anciens fumeurs quittent le tabagisme dans l’âge moyen : soit entre 25 et 39 ans (38%) ou entre 40 et 54 ans (30%). Plus de la moitié (52%) de ceux qui fument actuellement ont tenté d’arrêter de fumer, les personnes en Europe du Nord plus susceptibles de tenter d’arrêter de fumer que leurs homologues du sud de l’Europe. La majorité (75%) de ceux qui ont essayé ou ont réussi à arrêter n’ont pas utilisé d’aide pour quitter le tabagisme, mais à l’échelle des pays, cela varie de 60% des répondants au Royaume-Uni à 90% en Espagne.

Concernant le Snus, il est très peu utilisé sauf en Suède, où il est autorisé d’ailleurs, d’ailleurs dans le pays 50% des répondants déclarent l’avoir déjà essayé. 


EUROBAROMÈTRE : L’UTILISATION DE LA E-CIGARETTE DANS L’UNION EUROPÉENNE


 Alors qu’en est il des chiffres de cet Eurobaromètre 2017 concernant la cigarette électronique ? L’information importante c’est tout d’abord que depuis 2014, la proportion de ceux qui ont au moins essayé la e-cigarette a augmenté (15% contre 12% en 2014).

– La proportion de répondants qui utilisent actuellement des e-cigarettes (2%) est restée stable depuis 2014.
– Un peu plus de la moitié (55%) des répondants pensent que les cigarettes électroniques nuisent à la santé de leurs utilisateurs. Cette proportion a légèrement augmenté depuis 2014 (+3 points de pourcentage).
– La plupart des utilisateurs d’e-cigarettes se sont lancé pour essayer de freiner leur consommation de tabac, mais cela n’a fonctionné que pour une minorité

Une majorité (61%) de ceux qui ont commencé à utiliser des cigarettes électroniques l’ont fait afin de freiner leur consommation de tabac. D’autres l’ont fait parce qu’ils considéraient que les cigarettes électroniques étaient plus saines (31%) ou parce qu’elles étaient moins chères (25%). Seule une petite minorité (14%) a déclaré qu’elle quittait complétement le tabagisme pour l’utilisation de cigarettes électroniques, 10% disant qu’elle s’arrêtait mais recommençait, et 17% disant qu’elle réduisait la consommation de tabac sans pour autant faire quitter le statut de fumeur.

Environ 44% des répondants ont vu des publicités pour les cigarettes électroniques, mais seulement 7% les ont souvent vus. Ces publicités sont les plus importantes au Royaume-Uni (65%) et en Irlande (63%).

Une majorité (63%) favorise l’interdiction de l’utilisation de cigarettes électroniques dans des endroits où l’interdiction de fumer est déjà en place, ce chiffre atteignant près de 8 personnes interrogées sur 10 en Finlande (79%) et en Lituanie (78%). Une majorité relative est favorable à l’introduction d’un «emballage simple» (46% en faveur contre 37% contre) et à l’interdiction d’affichage au point de vente (56% contre 33%) et sont favorables à l’interdiction des arômes dans e-cigarettes (40% en faveur contre 37% contre).

Les paramètres socio-démographiques

Concernant les répondants qui ont déjà essayé la cigarette électronique :

– Les hommes (17%) sont légèrement plus susceptibles que les femmes (12%) de dire qu’ils ont au moins essayé des cigarettes électroniques.
– Un quart des jeunes ont au moins essayé la e-cigarette, de même que 21% des personnes âgées de 25 à 39 ans. En comparaison, 6% des répondants âgés de 55 ans et plus l’ont fait.
– Les répondants qui ont quitté l’enseignement à temps plein à l’âge de 20 ans ou plus (14%) sont légèrement plus susceptibles d’avoir au moins essayé la e-cigarette que celles qui ont quitté à l’âge de 15 ans ou plus (8%).
– Les chômeurs (25%), les travailleurs manuels (20%), les étudiants (19%) et les travailleurs indépendants (18%) sont plus susceptibles d’avoir essayé la e-cigarette
– Ceux qui ont du mal à payer leurs factures sont plus susceptibles d’avoir au moins essayé la e-cigarette (23%), en particulier par rapport à ceux qui n’ont jamais ou presque jamais ces difficultés (12%).
– Il n’est pas surprenant que les fumeurs (37%) aient plus tendance à essayer la cigarette électronique par rapport à ceux qui n’ont jamais fumé (3%).
– Près de la moitié des répondants qui ont essayé d’arrêter de fumer ont également essayé la e-cigarette (47%).
– Les fumeurs plus établis sont beaucoup moins susceptibles d’essayer la e-cigarette : environ la moitié de ceux qui ont fumé pendant 5 ans ou moins les ont essayé (48-51%), contre 13-29% de ceux qui fument epuis plus de 20 ans.
– Les fumeurs occasionnels (42%) sont légèrement plus susceptibles d’essayer la e-cigarette que les fumeurs quotidiens (32%).

Parmi ceux qui utilisent des cigarettes électroniques, la majorité les utilise tous les jours, avec deux tiers (67%) donnant cette réponse. Un autre cinquième (20%) le font chaque semaine, alors que moins d’un sur dix les utilise mensuellement (7%) ou moins d’une fois par mois (6%). Dans l’ensemble, cela signifie qu’1% seulement des répondants dans l’ensemble de l’UE sont des utilisateurs quotidiens de cigarettes électroniques.

Quelles saveurs sont utilisés par les vapoteurs de l’Union Européenne ?

Parmi ceux qui utilisent actuellement la e-cigarette au moins une fois par mois, la saveur la plus populaire reste le fruit, mentionnée par près de la moitié (47%) des répondants. La saveur tabac (36%) est légèrement moins populaire, suivie du menthol ou de la menthe (22%) et des saveurs « bonbon » (18%). Les e-liquides aromatisées à l’alcool sont les moins populaires, mis en avant par seulement 2% des répondants, alors qu’une petite minorité (3%) a également mentionné d’autres saveurs non précisées.

Quatre femmes sur dix (44%) préfèrent la saveur du tabac, contre moins d’un tiers (32%) pour les hommes. À leur tour, les e-liquides aromatisées aux fruits sont beaucoup plus populaires chez les hommes, avec plus de la moitié (53%) indiquant leur préférence pour cette saveur, contre seulement un peu plus d’un tiers (34%) des femmes.

La e-cigarette, une aide à l’arrêt du tabagisme ?

La majorité des fumeurs et des anciens fumeurs qui utilisent ou ont utilisé des cigarettes électroniques disent que ces dispositifs ne les ont pas aidés à réduire leur consommation de tabac. Un peu plus de la moitié (52%) des personnes interrogées donnent cette réponse, une hausse de sept points de pourcentage sur le chiffre enregistré dans l’enquête de décembre 2014.

Seulement 14% des répondants disent que l’utilisation des e-cigarettes leur a permis de complétement quitter le tabagisme, un chiffre inchangé depuis la dernière enquête. Plus d’un sur dix (10%) déclarent qu’avec l’utilisation de la e-cigarette, ils ont arrêté de fumer pendant un certain temps, avant de replonger. Ce chiffre a diminué de trois points de pourcentage depuis le dernier sondage. Près d’un cinquième (17%) des répondants ont réduit leur consommation de tabac avec la e-cigarette, mais n’ont pas quitté le tabagisme. Enfin, une petite minorité (5%) de répondants ont réellement augmenté leur consommation de tabac après avoir utilisé la cigarette électronique.

La e-cigarette, une nuisance ou un bienfait ?

La majorité des répondants pensent que les cigarettes électroniques nuisent à la santé de leurs utilisateurs. Plus de la moitié (55%) répondent à cette question par l’affirmative, une augmentation de trois points de pourcentage depuis le dernier sondage. Moins de trois sur dix (28%) pensent que les cigarettes électroniques ne sont pas nuisibles et 17% des répondants ne savent pas s’ils sont nocifs ou non.

Voici des différences significatives au niveau du pays sur la perception de la e-cigarette au niveau de la santé. Dans tous les pays, sauf six, au moins la moitié des répondants pensent qu’elles nuisibles. Dans sept pays, c’est plus des trois quarts (75%) des répondants qui voit la e-cigarette comme nuisible, avec une proportion particulièrement importante en Lettonie (80%), en Lituanie (80%), en Finlande (81%) et aux Pays-Bas (85%). L’Italie se distingue par une proportion particulièrement faible de répondants qui pensent que les cigarettes électroniques sont nocives, avec un peu plus d’un tiers (34%).

La e-cigarette et la publicité

Il a été demandé aux répondants si, au cours des 12 derniers mois, ils avaient vu des publicités ou des promotions pour des cigarettes électroniques ou des dispositifs similaires. La majorité (53%) des personnes interrogées disent qu’elles n’ont pas vu une publicité pour les cigarettes électroniques ou des produits similaires au cours des 12 derniers mois. Alors qu’un cinquième (20%) des répondants ont vu ces publicités de temps en temps, et presque autant (17%) les ont vu mais rarement, moins d’un sur dix (7%) des personnes interrogées les ont souvent vus.


EUROBAROMÈTRE : QUELLES CONCLUSIONS POUR CE RAPPORT 2017 ?


Selon la Commission Européenne, Il y a eu une tendance générale à la baisse de la consommation de produits du tabac pendant plusieurs années en Europe, bien que cela soit resté stable depuis 2014. Malgré ce succès, les produits du tabac sont encore consommés par plus d’un quart des Européens. L’image globale dissimule également des différences géographiques importantes, les personnes dans les pays d’Europe du Sud plus susceptibles d’être des fumeurs, alors que les personnes en Europe du Nord sont plus susceptibles de réussi à quitter le tabagisme. En outre, les tendances socio-démographiques établies persistent: les hommes, les jeunes, les chômeurs, ceux à faible revenu, et ceux qui ont un niveau d’éducation inférieur sont plus susceptibles de rentrer dans le tabagisme que ceux d’autres groupes sociaux.

Concernant la cigarette électronique, la Commission Européenne retient qu’il y’a un fort soutien public afin de continuer à interdire l’utilisation des cigarettes électroniques en intérieur. Près des deux tiers des répondants appuient une telle interdiction, même si presque la même proportion d’utilisateurs de cigarettes électroniques est contre l’idée. Elle prend également note que la majorité des répondants croit en l’interdiction des saveurs pour les e-liquides même si cette initiative reste impopulaire chez les utilisateurs de cigarettes électroniques.

Pour consulter l’intégralité du document « Eurobaromètre », rendez vous a cette adresse pour le télécharger.

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef de Vapoteurs.net, le site de référence sur l'actualité de la vape. Engagé dans le monde de la vape depuis 2014, je travaille chaque jour pour que tous les vapoteurs et les fumeurs soient informés.

Laisser une réponse