Top banner
E-CIGARETTE : Des experts démontent l’étude de Glantz sur le risque d’infarctus.

E-CIGARETTE : Des experts démontent l’étude de Glantz sur le risque d’infarctus.

Il y’a quelques jours nous avons présenté ici même une enquête menée par le Pr Stanton Glantz et des chercheurs de l’Université de Californie (Etats-Unis). Si celle ci affirme qu’une utilisation quotidienne de l’e-cigarette double le risque d’infarctus, le Dr Lion Shahab et le Pr Peter Hajek, deux experts chevronnée dénoncent pour leurs parts des conclusions biaisées.


UNE ETUDE AVEC DES CONCLUSIONS ERRONÉES !


Doit-on douter du sérieux de cette enquête publiée dans l’American Journal of Preventive Medicine le 22 août dernier ? C’est en tout cas l’idée de deux scientifiques britanniques de renom qui ont souhaité réagir au « buzz » engendré par celle ci. 

Tout d’abord le Dr Lion Shahab, professeur associé de psychologie de la santé à l’University College London qui déclare pour sa part : 

«  Cette interprétation des conclusions de cet article est sérieusement erronée pour deux raisons principales. Premièrement, comme il s’agit d’une étude transversale, l’analyse ne permet pas de distinguer ce qui s’est produit en premier – le passage à la double utilisation des cigarettes électroniques ou la crise cardiaque. Une autre explication probable de ces résultats est que les fumeurs qui subissent un événement cardiovasculaire sont plus susceptibles de réduire leur consommation de cigarettes et d’essayer d’arrêter de fumer, comme cela a été rapporté dans le texte. L’une des façons de réduire le tabagisme consiste à utiliser les cigarettes électroniques. Ainsi, plutôt que de provoquer des crises cardiaques, une double utilisation peut en être la conséquence. Ce type d’étude ne peut pas établir la séquence des événements et doit donc être interprété avec prudence.

 Deuxièmement, et tout aussi problématique, est le fait que dans les études d’observation comme celle-ci, la confusion ne peut être exclue. Il est bien connu que le tabagisme augmente le risque d’événements cardiovasculaires et que cela est lié à la durée du tabagisme et à l’intensité du tabagisme. Le type d’effet observé ici pour les doubles utilisateurs ne devrait pas être imputable à l’utilisation de la cigarette électronique, étant donné que la plupart des utilisateurs de cigarettes électroniques étaient des fumeurs de cigarettes passés ou actuels. Il est difficile de savoir comment l’utilisation de cigarettes électroniques à court terme pourrait avoir les mêmes effets sur la santé que le fait de fumer des cigarettes pendant dix ans.

Une manière plus efficace et plus appropriée de déterminer si l’utilisation de la cigarette électronique augmente le risque de crise cardiaque serait de suivre les utilisateurs de cigarettes électroniques qui n’ont jamais fumé à long terme pour établir la séquence des événements et déterminer s’il existe un risque indépendant du tabagisme actuel ou passé. Malheureusement, cela n’a pas été fait ici et l’interprétation présentée va clairement au-delà de ce que l’on peut réellement conclure des résultats de l’étude. « 

 

Peter Hajek , directeur de l’unité de recherche sur la dépendance au tabac à l’Université Queen Mary de Londres à également souhaité réagir aux conclusions de cette enquête : 

 » Elle est basée sur des données montrant que les fumeurs qui ont eu un infarctus du myocarde sont plus susceptibles de passer à la vape. Ceci est d’abord présenté comme une association entre le vapotage et l’infarctus du myocarde – et ensuite transformé en « utilisation de l’e-cigarette est associée à un risque accru d’infarctus du myocarde. « 

SourceSciencemediacentre.org

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Ayant une formation de spécialiste en communication, je m'occupe d'une part des réseaux sociaux du Vapelier OLF mais je suis également rédacteur pour Vapoteurs.net .