Top banner
Top banner
Top banner
QUEBEC : La e-cigarette déja impactée par la loi 44.

QUEBEC : La e-cigarette déja impactée par la loi 44.

La nouvelle loi antitabac qui assujettit maintenant la cigarette électronique ou vapoteuse aux mêmes règles que le tabac, a déjà des impacts sur cette industrie, déplore le propriétaire de boutiques e-vap, qui vient de fermer l’un de ses commerces.

« Je pense qu’il va y avoir une vague de fermetures. Ça a un gros impact sur l’image quand tu associes le tabac avec la cigarette électronique. C’est un peu associer le poison avec le remède », affirme Alexandre Painchaud.

L’homme d’affaires était propriétaire de trois boutiques de cigarettes électroniques. Mais il en a fermé une vendredi, celle de l’avenue Cartier, au lendemain de l’adoption de la Loi, à l’unanimité à l’Assemblée nationale. Il accuse « la mauvaise presse » qui résulte des nouvelles politiques du gouvernement provincial. Il parle d’une « stigmatisation » des utilisateurs de la cigarette électronique.

Depuis jeudi, il est interdit de vapoter dans ses commerces et d’essayer les différents produits. « On a des gens qui revirent de bord tous les jours depuis qu’on a instauré cette loi-là. Et ça va s’en aller de mal en pire, c’est certain. »— Alexandre Painchaud, propriétaire de boutiques e-vap

Alexandre Painchaud croit que la cigarette électronique, au lieu d’être montrée du doigt, doit être vue comme une solution de rechange au tabac. Il a lui-même cessé de fumer il y a deux ans et demi en vapotant.

Il croit aussi que l’essai des produits est essentiel pour « éduquer » ses clients. « C’est important de l’accompagner dans son cheminement d’arrêt tabagique et de lui trouver le bon liquide qui va faire pour lui, sinon il va se décourager. »


La ministre persiste et signe


La ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, défend la nouvelle réglementation. « Quand on achète des timbres, on a n’a pas la chance de les essayer, quand on achète de la gomme pour cesser de fumer, on n’a pas la chance d’essayer. Et pourtant, on est capable de l’acheter », plaide Mme Charlebois.

La ministre n’a pas l’intention de revenir en arrière, malgré la grogne. Elle souligne même que les commerçants de cigarettes électroniques bénéficient encore de certains avantages, comme ceux de pouvoir afficher leurs produits et de les aromatiser. « C’est une exception majeure. Toutes les autres cigarettes, il n’y a plus aucune saveur. »
Le gouvernement promet des visites surprises dans les boutiques, pour vérifier si la loi est respectée.


L’avis de Jean-Philippe Boutin


Source : Ici.radio.canada

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef de Vapoteurs.net, le site de référence sur l'actualité de la vape. Engagé dans le monde de la vape depuis 2014, je travaille chaque jour pour que tous les vapoteurs et les fumeurs soient informés.

Laisser une réponse