Top banner
Top banner
ECONOMIE : Gyrotech rachète son site E-bedo.com
ECONOMIE : Gyrotech rachète son site E-bedo.com

ECONOMIE : Gyrotech rachète son site E-bedo.com

L’année 2017 aura vu l’explosion d’un nouveau marché parallèle à celui des e-liquides : Le CBD. Pas franchement nouveau mais bénéficiant dune « dérogation à la législation » depuis novembre dernier, le cannabidiol est clairement devenu une aubaine pour certains entrepreneurs. En voyant l’ampleur du phénomène, Gyrotech n’a pas hésité à racheter son site internet « E-bedo.com » afin de se relancer sur ce marché prometteur.


APRES L’AVOIR VENDU, GYROTECH RACHETE E-BEDO.COM !


Gyrotech, jeune pousse dédiée aux produits innovants de l’avenue Jean-Moulin à Torcy, a choisi cette fois de se lancer dans le grain bain du CBD (cannabidiol) en rachetant son propre site « E-bedo.com » créé en 2014. 

Le ministère de la Santé s’est positionné fin novembre sur cette nouvelle tendance de vapotage : la cigarette électronique au cannabidiol (CBD) est légale, dans le cadre d’une « dérogation à la législation ».

« Tout a commencé en 2014. Je lisais une revue scientifique qui parlait du e-joint aux Pays-Bas et cela a fait tilt », se souvient Brice Masseix, fondateur de Gyrotech.

Spécialisé dans les sites de commerce en ligne, il monte e-bedo.com et travaille son référencement. Avant de le vendre à une autre société lorsque les commandes affluent… À la suite de la récente annonce du gouvernement, Gyrotech rachète son bébé. E-bedo.com référence pour le moment trois grandes marques et une cinquantaine de produits, avec une déclinaison de liquides pour vapoteuse dosés en CBD de 30 jusqu’à 800 mg, des « boosters » de CBD à diluer et des arômes chanvre sans CBD.

«Le e-joint a tendance à se démocratiser car il présente cette substance relaxante que les consommateurs apprécient sans le THC ou tétrahydrocannabinol le principe actif du cannabis qui, lui, est interdit. Même les fournisseurs de liquides classiques s’y mettent. A chaque gouvernement, il y a une nouvelle approche. Nous suivons de près l’évolution de la législation », observe Brice Masseix.

Si l’acquisition semble intelligente par rapport à l’état du marché actuel, il semble par contre assez étonnant que l’on continu à parler de « E-joint » alors que le CBD n’a pas vraiment de lien avec les effets du cannabis. Selon nous, il parait dommageable de garder le nom « E-Bedo » qui fait bien sur référence au cannabis et au THC, cela sème clairement le doute et la confusion quant à l’interêt du produit.

SourceLeparisien.fr

A propos de l'auteur

Ayant une formation de spécialiste en communication, je m'occupe d'une part des réseaux sociaux du Vapelier OLF mais je suis également rédacteur pour Vapoteurs.net .

Articles Similaires

Laisser une réponse