ETATS-UNIS : Elle frôle la mort après avoir utilisé une e-cigarette pendant 3 semaines.

ETATS-UNIS : Elle frôle la mort après avoir utilisé une e-cigarette pendant 3 semaines.

Aux Etats-unis, une jeune femme de 18 ans originaire de Pennsylvanie utilisant l’e-cigarette depuis seulement 3 semaines aurait frôlé la mort après une sévère insuffisance respiratoire. Si les médecins pointent l’e-cigarette du doigt comme principal coupable, pour le Dr Konstantinos Farsalinos c’est un « non-sens ».


UNE ETUDE DE CAS QUI MET UNE FOIS DE PLUS LA VAPE EN DIFFICULTE !


Selon une étude de cas publiée jeudi dans la revue médicale Pediatrics, une jeune femme de 18 ans originaire de Pennsylvanie qui utilisait l’e-cigarette depuis 3 semaines aurait subie une sévère insuffisance respiratoire.  Comme souvent dans ce genre de rapport, les auteurs n’ont pas divulgué le nom de la victime afin de « protéger sa vie privée« .

Seulement trois semaines après avoir décidé de passer au vapotage, la jeune femme s’est retrouvée aux urgences du centre médical de l’université de Pittsburgh.

Là, les médecins ont noté ses problèmes : toux, difficulté de respiration qui s’aggravait à chaque minute, douleurs soudaines et lancinantes dans la poitrine à chaque inspiration et expiration. Pas encore fiévreuse, elle n’a montré aucun symptôme respiratoire tel qu’un écoulement nasal ou une congestion nasale. Dans le passé, a-t-elle dit, les seuls problèmes pulmonaires qu’elle avait étaient un léger asthme, qui exigeait rarement l’utilisation d’un inhalateur.

Quand sa toux est devenue plus fréquente, les médecins de l’urgence l’ont admise à l’unité de soins intensifs pédiatriques et l’ont mise sous antibiotiques. Mais son état s’est rapidement aggravé. La jeune femme a connu ce que l’on appel une insuffisance respiratoire, a déclaré le Dr Daniel Weiner, l’un des médecins et co-auteur du nouveau rapport.

« Elle était incapable d’avoir assez d’oxygénation dans les poumons et avait besoin d’un respirateur« , a déclaré le Dr Weiner. Non seulement l’hôtesse avait besoin d’un appareil respiratoire, mais elle avait également besoin de tubes insérés des deux côtés de sa poitrine pour drainer le liquide de ses poumons.

Ses médecins ont diagnostiqué une pneumopathie d’hypersensibilité, parfois appelée « Wet Lung », une inflammation des poumons due à une réaction allergique aux produits chimiques ou à la poussière.

Pour le Dr Casey Sommerfeld, médecin et auteur principal de l’étude, ce sont les produits chimiques contenus dans l’e-cigarette qui peuvent entrainer des lésions pulmonaires et une inflammation, ce qui aurait incité le corps de la jeune femme à déclencher une réponse immunitaire.

« Cette réponse immunitaire peut entraîner une augmentation de l’inflammation et des vaisseaux sanguins » fuyants « , ce qui peut entraîner une accumulation de liquide dans les poumons« , a déclaré le Dr Sommerfeld, aujourd’hui pédiatre généraliste à Atlanta.

La femme a été traitée avec un médicament utilisé pour traiter les réactions allergiques sévères. Son état s’est rapidement améliorée et elle a été sevrée du respirateur cinq jours après avoir été admise à l’hôpital.

« Il est difficile de spéculer sur la fréquence à laquelle cela peut se produire, mais il y a quelques rapports de cas impliquant des adultes qui ont développé une détresse respiratoire après l’utilisation de la cigarette électronique« , a déclaré le Dr Sommerfeld. « À mesure que la consommation de cigarettes électroniques augmentera, nous verrons plus de cas et d’effets secondaires. »


DR FARSALINOS : « ON PARLE D’UNE ALLERGIE PROVOQUANT UNE PNEUMONIE »


Interrogé par nos confrères de Vapenews, le Dr Konstantinos Farsalinos du centre de chirurgie cardiaque d’Onassis à Athènes ne comprend pas le traitement médiatique de ce fameux rapport. 

« C’est la première fois que je vois une étude de cas publiée dans les médias. C’est un nouvelle façon d’attaquer pour les opposants à l’e-cigarette. C’est un non-sens de parler de pneumopathie d’hypersensibilité. L’affaire portait sur une réaction allergique provoquant une pneumonie. »

Le Dr Farsalinos précise qu’une pneumonie d’hypersensibilité aiguë est signalée entre 4 et 6 heures après l’exposition à l’antigène catalytique. Une pneumopathie d’hypersensibilité subaiguë peut être indiquée dans ce cas mais semble moins probable, et la pneumonite d’hypersensibilité chronique l’est encore moins. Dans tous les cas, la condition peut découler de beaucoup de choses, comme l’étude de cas semble elle même le préciser :

« Des Antigènes d’agents microbiens, tels que le foin ou les grains moisis (poumon d’agriculteur), ou avec des protéines animales dans les fientes aviaires »

L’étude de cas n’exclut pas la possibilité de ces maladies chez ce patient, mais ne tente même pas de le faire ce qui laisse clairement planer le doute concernant sa crédibilité.

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Passionnée de journalisme, je me suis décidée à rejoindre la rédaction de Vapoteurs.net en 2017 afin de traiter principalement l'actualité vape en Amérique du nord (Canada, Etats-Unis).

Laisser une réponse