Top banner
ETUDE BAD-BUZZ : Un retournement des médias en faveur du vapotage !
ETUDE BAD-BUZZ : Un retournement des médias en faveur du vapotage !

ETUDE BAD-BUZZ : Un retournement des médias en faveur du vapotage !

C’est une première en France ! Si en début de semaine le vapotage à connu une véritable déferlante médiatique à son encontre, le vent a finalement tourné vers un discours plus responsable. En effet, depuis quelques jours de grands quotidiens dénoncent ce « bad buzz » et prennent le temps d’analyser cette fameuse étude en faisant appel à des scientifiques experts en la matière.


PARIS MATCH TITRE  » DU BUZZ QUI PEUT TUER » !


C’est en effet le journal « Paris Match » qui a ouvert les hostilités en ne suivant pas de façon bête et méchante la dépêche de l’AFP et en titrant « Cigarette électronique cancérigéne : « Du buzz qui peut tuer » « . Afin d’expliquer sa prise de position le journal à fait appel a plusieurs scientifiques dont le Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue et prescripteur de cigarettes électroniques à ses patients. 

« On n’est pas dans la vérité scientifique, mais dans la manipulation. D’abord, les conditions dans lesquelles l’expérimentation est réalisée ne sont absolument pas représentatives de l’exposition humaine. Elle montre des anomalies cellulaires en exposant des souris à des quantités de nicotine considérables, beaucoup plus qu’on peut le faire avec une cigarette électronique habituelle. Ensuite, on fait des extrapolations de la souris à l’homme, et enfin on ne compare pas l’effet du vapotage à celui de la fumée du tabac » – Pr Bertrand Dautzenberg

Habitué à voir les effets de la cigarette électronique sur ses patients, le Pr Dautzenberg n’a pas vraiment de doute sur son efficacité :

« Aujourd’hui, on sait que la nicotine est toxique, irritante pour les voies respiratoires, et addictive. Raison pour laquelle il n’y en a pas plus de 2% dans les e-liquides. Aux quantités consommées par un vapoteur, il existe une légère toxicité, mais infiniment moindre que celle du tabac fumé.« 

Mais l’inquiétude reste présente suite au florilège d’articles « buzz » qui se propagent sur internet et dans les médias papier. « Globalement, nous sommes inondés de fausses nouvelles de ce genre. Les journaux scientifiques veulent aussi faire du buzz. Ils jouent au « Sun » anglais en rédigeant des communiqués de presse qui contredisent parfois les études elles-mêmes. C’est un moyen d’avoir toutes les couvertures et d’augmenter leurs revenus » déclare Bertrand Dautzenberg avant d’ajouter  » Le résultat est que certains vont arrêter de vapoter et reprendre le tabac. Une nouvelle comme celle-là est susceptible de tuer des gens. Cela va totalement à l’encontre de la santé publique. Le travail des chercheurs, c’est de sauver des vies, pas de tuer des gens.« .

De son côté, Jacques Le Houezec, pharmacologue et tabacologue, rappelle une étude similaire plus ancienne, qui « contredit totalement » celle-ci :

« Les rats étaient exposés à un aérosol de nicotine à une concentration donnant une nicotinémie double de celle observée chez de gros fumeurs. Durant 20 heures par jour, 5 jours par semaine, sur une durée de 2 ans. Aucune augmentation de mortalité, d’athérosclérose ou de fréquence des tumeurs n’a été observée chez ces rats par rapport au groupe contrôle. En particulier, pas de tumeur pulmonaire microscopique ou macroscopique, ni augmentation des cellules endocrines pulmonaires. Par contre, le poids des rats exposés à la nicotine était plus faible que celui des rats contrôles » – Jacques Le Houezec

Mais le journal Paris Match n’est pas le seul à avoir réagit dans ce sens. En effet, Le Figaro lui aussi à récemment titré un article « Non, il n’existe pas de preuve que la cigarette électronique augmente le risque de cancer » et il semble difficile de faire plus clair ! Selon le fameux journal « Les résultats ne permettent pas d’établir un lien entre e-cigarette et cancer. » et c’est bien la l’essentiel de ce qu’il y’a a savoir concernant cette étude.

Concernant France Inter, c’est un véritable « Harcèlement scientifique » qui ne s’arrête plus concernant le vapotage. Cette tribune du Dr Dupagne dénonce ces trop nombreuses « études » qui tentent d’analyser tout et n’importe quoi autour de la cigarette électronique. 

« C’est un peu comme si on voyait passer tous les 6 mois des articles sur le risque de cirrhose du foie induit par la bière sans alcool. La science académique ne se remet pas d’avoir raté l’e-cigarette, que nous devons à un bidouilleur chinois. Mais ce harcèlement n’est vraiment pas fair-play, voire irresponsable ! Pendant ce temps, l’industrie du tabac se frotte les mains ! » – Dr Dupagne

Le message est clair et selon lui il serait temps de se fixer sur l’essentiel : « On pourrait aussi publier des études montrant que la bière sans alcool contient du sucre, que le sucre peut rendre le foie plus gras, et que le foie gras peut conduire à la cirrhose ! Une telle mise en garde ne serait heureusement pas prise au sérieux (même s’il vaut mieux boire de l’eau). » déclare t’il.

D’autres journaux et sites se sont également exprimés sur le sujet afin de défendre le vapotage face à un « bad buzz » injustifié. Le journal « Liberation » a titré « Est ce vrai que le vapotage augmente le risque de maladies cardiaques ?« , Femina demande si « La cigarette électronique accroît-elle vraiment le risque de cancer ? » et Actusoins titre à son tour  » Danger Vapotage ? » .


 LES MEDIAS DEFENDENT L’E-CIGARETTE FACE A UN BAD BUZZ ! UNE PREMIERE !


Depuis des années, le vapotage doit fréquemment subir les foudres de certaines études douteuses ou encore des « bad buzz » en cascade qui s’en suivent. Cette semaine, pour la toute première fois, certains médias ont fait le choix de d’éviter ce « buzz » et de défendre le vapotage face à une véritable injustice. 

La cigarette électronique aurait-elle enfin trouvée cet impact médiatique tant recherché ? Toujours est-il que certains grands médias ont compris que l’e-cigarette avait un véritable rôle a jouer dans le sevrage tabagique et qu’il était peut-être temps d’arrêter de considérer ce dispositif comme un « effet de mode ». De plus en plus de scientifiques et d’experts de santé défendent le vapotage et n’hésitent plus à mettre cette solution en avant tout en précisant qu’elle est moins nocive que le tabac.

Espérons qu’a compter d’aujourd’hui les médias continueront à être juste vis à vis de la cigarette électronique afin que ce nouvel enjeu de santé publique ne soit pas anéanti par des « bad buzz ».

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef de Vapoteurs.net, le site de référence sur l'actualité de la vape. Engagé dans le monde de la vape depuis 2014, je travaille chaque jour pour que tous les vapoteurs et les fumeurs soient informés.