Top banner
Top banner
ÉTUDE : Plus de bénéfices que de risques pour l’e-cigarette

ÉTUDE : Plus de bénéfices que de risques pour l’e-cigarette

Selon une étude financée par le « National Institute on Drug Abuse« , le « National Cancer Institute » et le « Cancer Intervention and Surveillance Modelling Network » publiée jeudi dans Nicotine & Tobacco Research, les cigarettes électroniques seraient probablement une avancée pour la santé publique.

nidaUne projection proposée par l’étude nous révèle que les décès liés au tabagisme devraient baisser de 21% chez les personnes nées en 1997 et ce grâce à la e-cigarette. De multiples études ont cherché à évaluer l’impact des e-cigarettes sur la santé publique, avec des résultats contradictoires. Plus tôt cette année une étude Californienne a révélé que les personnes utilisant des e-cigarettes étaient deux fois plus susceptibles de tomber dans le tabagisme.

Selon les auteurs, cette dernière étude diffère des précédentes parce qu’elle résume les modes d’utilisation des données nationales. Les études antérieures avaient pour leurs parts utilisé des données locales qui ne peuvent être représentative pour l’ensemble du pays. Par exemple, l’étude établit une distinction entre les jeunes qui vape et qui n’étaient pas fumeurs , et ceux qui vape et qui seraient restés dans le tabagisme sans cette alternative.

Lorsque ces deux populations sont prises en compte, la conclusion est claire : le bénéfice l’emporte sur les aspects négatifs. De nombreux experts estiment d’ailleurs qu’il est avantageux pour la santé des fumeurs de passer a la e-cigarette.

Pour David Abrams, directeur exécutif de la recherche et du tabac à The Truth Initiative :  » Bien que les données ne soient pas encore aussi nettes que nous le souhaiterions, nous Levy_David_0présentons nos conclusions avec des données nationales et nous pensons proposer les meilleures estimations possibles« .

La plupart des études antérieures comptent comme vapoteur quiconque a utilisé une e-cigarette sur les 30 derniers jours. Cela peut par exemple inclure une personne qui se rend à une fête et vape une ou deux fois.

Pour David Levy, l’auteur principal de l’étude et professeur d’oncologie à Georgetown Lombardi Comprehensive Cancer Center , « Ce n’est pas cette population qui nous intéresse« ,  » Pour notre part nous avons essayé d’avoir une idée du nombre de personnes qui ont progressé avec un usage réellement établi.« .

Selon lui, une réglementation excessive de la FDA pourrait étouffer le développement d’un produit sur qui pourrait bien remplacer la cigarette.

Source : sandiegouniontribune.com (Traduction par Vapoteurs.net)

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Co-fondateur de Vapoteurs.net en 2014, j'en suis depuis rédacteur et photographe officiel. Je suis un véritable passionné de vape mais également de comics et de jeux vidéos.

Laisser une réponse