ETUDE : Certains arômes dans les e-liquides dégraderaient la fertilité chez l’homme.

Selon une nouvelle étude menée par l’University College of London, certains arômes contenus dans les produits pour e-cigarette pourraient endommager les spermatozoïdes et dégrader la fertilité chez les hommes. Les produits chimiques toxiques trouvés dans les arômes concernés endommageraient certaines cellules des testicules et limiteraient la progression des spermatozoïdes.


LES ARÔMES BUBBLE GUM ET CANNELLE SUR LE BANC DES ACCUSES


D’aprés les chercheurs de l’University College de Londres, certains e-liquides pourraient endommager les spermatozoïdes à cause de produits chimiques contenus dans les arômes. La saveur « Cannelle » (Cinnamon) limiterait la progression des spermatozoïdes chez l’homme quand l’arôme Bubble Gum irait jusqu’a tuer des cellules qui produisent le sperme dans les testicules.

S’il est bien connu que les cigarettes classiques peuvent dégrader la fertilité des hommes à cause de dommages causés par l’ADN, les cigarettes électroniques sont plus généralement connues comme une alternative saine face au tabagisme. Malgré cela, les chercheurs de l’University College de Londres ont constaté, que même sans nicotine , les arômes des e-liquides pourraient bien affecter les chances de fonder une famille pour beaucoup d’hommes.

Les scientifiques de l’Université de Salford, ont découvert que certains arômes de e-liquide comme le butterscotch ou le menthol pouvaient causer des dommages pulmonaires en tuant les cellules bronchiques, ils appellent par ailleurs à de meilleurs contrôles de sécurité sur les arômes.

Le danger pour le sperme proviendrait donc des produits chimiques contenus dans les arômes, qui sont toxiques pour le corps humain comme la coumarine par exemple qui est une version moins chère de l’écorce de cannelle et que l’on retrouve couramment dans les arômes vendus au Royaume-Uni de fabrication Chinoise.

Helen O’Neill, l’auteur principal de l’étude a présenté hier ses résultats à la British Fertility Conference à Edimbourg déclarant que ceux ci étaient «choquants» et ajoutant: « qu’en termes de motilité, de progression et de concentration du sperme, il y avait un effet nuisible. »

Selon elle « Les e-cigarettes sont mises en avant comme une alternative de santé face au tabagisme. La vape est moins nocive que les cigarettes classiques, mais elle ne reste néanmoins pas sans effets nocifs »


QUEL PROCÉDÉ POUR CETTE ÉTUDE ?


Il y a plus de 7 000 saveurs de e-liquide différentes mais celles testées étaient les deux plus populaires, la cannelle et le bubble gum, le tout dans des dispositifs simples contenant uniquement du propylène glycol. Des échantillons de spermatozoïdes ont été prélevés chez 30 hommes, testés avec des concentrations de saveurs semblables à celles des consommateurs occasionnels et plus habituels d’e-cigarettes.

Les chercheurs ont découvert que les spermatozoïdes exposés à la plus forte concentration d’arômes se déplaçaient beaucoup plus lentement, leur progression étant affectée. Le plus grand impact constaté est venu de la saveur cannelle.

Les hommes, qui subissaient la FIV, mais avaient des spermatozoïdes en bonne santé, n’étaient pas en mesure d’utiliser les dispositifs directement, les arômes ont donc été insérés directement dans le sperme avec les mêmes concentrations d’exposition, aucune nicotine n’étant incluse.

Une deuxième expérience a été réalisé afin de voir comment les souris exposées aux arômes pourraient réagir, les produits chimiques présents dans leurs testicules les a tout simplement tuées. C’est l’arôme Bubble Gum qui a eu l’effet le plus important puisqu’un grand nombre de cellules mortes ont été retrouvé dans le tissu testiculaire.

Le Dr O ‘Neill a déclaré que ces produits chimiques pouvaient donc nuire à la fertilité des hommes suite à l’absorption de toxines qui sont produites lors de la chauffe des e-cigarettes.


DES ARÔMES PRÉVUES POUR L’ALIMENTAIRE ET NON L’INHALATION !


Il faut savoir que de nombreux arômes sont uniquement réglementés pour l’alimentaire et basés sur la consommation plutôt que l’inhalation. Selon le Dr O’Neill  » Il ya très peu de réglementation les autorisant sur le marché. Certains sont classés comme additifs alimentaires et c’est de cette façon que le système est contourné »

L’étude qui sera publiée ce mois-ci coïncide avec une autre étude  l’Université de Salford sur les arômes de e-liquide et le risque de dommages pulmonaires. Les experts, qui ont publié leurs résultats dans la revue Scientific Progress, ont étudié 20 recharges de e-liquides avec neuf saveurs différentes : Cerise, fraise, menthe glacée, menthol, tabac, myrtille, vanille, Bubble gum et butterscotch  achetés dans des magasins et sur internet.

Dans les tests laboratoire sur les cellules bronchiques humaines, tous les arômes étaient toxiques. Les fruits et le café étant les moins nocifs, le caramel et le tabac étant les plus nocifs. Après avoir été exposées pendant plus de 72 heures, les cellules ne se sont pas rétablies.

«Nous parlons de saveurs qui sont normalement ingérées dans les aliments où le tissu est très différent du tissu pulmonaire», à déclaré le Dr Patricia Ragazzon du Centre de recherche biomédicale de l’université.

«Lorsqu’ils sont inhalés, certains des arômes que nous avons testés se sont avérés substantiellement toxiques, et une exposition prolongée a tué complètement les bronches». D’aprés elle, c’est assez clair : « Notre travail prouve que les e-cigarettes et surtout les ingrédients contenus dans les e-liquides peuvent changer de structure après le processus de chauffe s’ils n’ont pas été soigneusement caractérisés ou évalués« .

Ce site utilise des cookies - En utilisant ce site ou en fermant ce bandeau vous acceptez notre politique sur les cookies !
J'accepte les cookies
x