Top banner
Top banner
ETUDE : L’e-cigarette moins dangereuse que le tabac pour les poumons !
ETUDE : L’e-cigarette moins dangereuse que le tabac pour les poumons !

ETUDE : L’e-cigarette moins dangereuse que le tabac pour les poumons !

Selon une nouvelle étude d’ingénierie de l’Ohio University, les cigarettes électroniques seraient bien moins nocives que les cigarettes classiques pour les poumons. 


CONTRAIREMENT A LA FUMEE, LA VAPEUR N’AFFECTE PAS LE SURFACTANT PULMONAIRE !


Amir Farnoud, professeur adjoint en génie chimique et biomoléculaire au Russ College of Engineering and Technology et son équipe ont examiné comment les cigarettes électroniques et la vaporisation d’un e-liquide pouvait affecter le surfactant pulmonaire.

Le surfactant pulmonaire est un mélange de lipides et de protéines qui tapissent la région alvéolaire des poumons, réduisant la tension de surface du liquide alvéolaire, empêchant l’effondrement des poumons et diminuant ainsi le travail respiratoire. Si un certain nombre d’études ont porté sur la façon dont les cigarettes électroniques pouvait affecter les cellules des voies respiratoires, l’équipe de l’Ohio University a voulu voir si la vapeur produite par la cigarette électronique affectait la capacité du surfactant à réduire la tension superficielle.

Il a été constaté que la combustion du goudron présent dans la cigarette classique pouvait être dommageable pour le surfactant pulmonaire mais que les particules présentes dans l’aérosol du vapotage n’affectaient pas le fonctionnement normal du surfactant. Il y’aurait plusieurs raisons à cela : Tout d’abord l’utilisation d’une e-cigarette implique une vaporisation et non une combustion et d’autre part, les cigarettes classiques inhibent significativement la capacité du tensioactif à réduire la tension superficielle.

« Au moins, nous savons que la première couche protectrice ne va pas être affectée« , a déclaré Farnoud, ajoutant que les résultats n’excluent pas complètement un potentiel effet « toxique » des cigarettes électroniques.

Les chercheurs ont à la fois exposé de la fumée de cigarette et de la vapeur d’e-cigarette à un extrait de surfactant pulmonaire de veau (Infasurf, ONY Inc.), qui est utilisé pour traiter les nourrissons prématurés qui n’ont pas encore formé de surfactant. Pour l’étude, trois différents arômes d’e-liquide (tabac, fruits et menthe) ont été utilisé.

« Il y a beaucoup d’intérêt à comprendre les conséquences du vapotage sur la santé pulmonaire« , a déclaré Farnoud, notant que la vapeur doit d’abord passer à travers le surfactant avant d’atteindre les cellules profondes des poumons.

SourceRespiratory-research

 

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Passionnée de journalisme, je me suis décidée à rejoindre la rédaction de Vapoteurs.net en 2017 afin de traiter principalement l'actualité vape en Amérique du nord (Canada, Etats-Unis).

Laisser une réponse