ETUDE : Des jeunes ingénieurs lancent des tests sur la e-cig !

ETUDE : Des jeunes ingénieurs lancent des tests sur la e-cig !


Au cours des cinq dernières années, la popularité des e-cigarettes a explosé et avec celle-ci a surgi une sous-culture de plus en plus importante. Il suffit de taper le mot « vaping» dans YouTube pour y trouver un résultat de près de 400.000 vidéos offrant des conseils pour différents montages d’atomiseurs, des tests complets de e-liquides ainsi que des démonstrations de power vaping.


Mais par contre pour ce qui est de trouver des informations scientifiques sur les appareils utilisés par les vapoteurs qui ne viennent pas du gouvernement cela s’avère plus compliqué et les sources deviennent bien plus rares. Selon la college-photo_189._445x280-zmm« Food and Drug Administration » qui cherche maintenant à réglementer le tabac et y inclure les e-cigarettes ainsi les « e-liquides » contenant de la nicotine, les risques potentiels et avantages de ces dispositifs n’ont pas été entièrement étudiés. Également  il y aurait un manque d’étude sur la quantité de nicotine et les autres produits chimiques potentiellement nocifs absorbés lors de l’inhalation.

« Certaines personnes étudient ces dispositif rapidement, mais la technologie évolue à une vitesse folle et il y a de grandes lacunes dans notre connaissance du fonctionnement des vaporisateurs« , a déclaré Jim Baish, ingénieur en mécanique et génie biomédical à l’université Bucknell

e-cigs400wDepuis l’année dernière, Baish et une petite équipe constituée d’étudiants et de chercheurs de Bucknell ont travaillé à combler certaines des lacunes dans nos connaissances des dispositifs de vaporisation.

Cela a exigé des ressources très diversifiées de l’Université. Baish avec l’aide de professeurs de génie chimique et d’étudiants, ont procédé à des mesures avec un calibreur de particules d’échappement pour le laboratoire de Bucknell. Ils ont également fait une analyse métallurgique de fil de khantal utilisé dans les résistances avec des microscopes électroniques à balayage environnemental du département de géologie. Finalement ils ont utilisé une variété d’équipements pour étudier les concentrations de nicotine et les autres molécules rejetées sous forme de vapeur par les e-cigarettes. Le projet a même exigé la construction d’un nouvel équipement qui imite les « puff » des vapoteurs sur leur e-cigarette.

«Les gens qui fument des cigarettes vont prendre des bouffées d’une certaine durée, avec un certain taux de répétition, et il y a des normes dans la façon d’étudier ce fonctionnement, parce que les cigarettes ont depuis longtemps été étudiées « , a déclaré Baish. « Mais l’utilisation d’une e-cigarette se fait de façon différente, les bouffées sont en général plus longues mais pas forcément plus fortes, c’est tout simplement différent »

Le dispositif créé par Mark Daley crée des bouffées uniformes à intervalles programmables. La première tâche de Daley en tant que stagiaire de recherche était de concevoir et de construire un globe e-cigarette contrôlé par e-cigsStudents800x600ordinateur. Le dispositif est une petite boîte en plastique reliée à des tubes de caoutchouc avec un embout buccal imprimé en 3-D qui contient un vaporisateur. Un microprocesseur programmable Arduino est utilisé pour réguler automatiquement la durée des bouffées, l’espacement voulu, la sélection de la tension ainsi que le débit. Une fois en marche cela créer des bouffées uniformes à intervalles régulières et la vapeur expulsée peut être collectée et analysée.

«Grâce à ce projet, j’ai pu concevoir ce prototype», a déclaré Daley. «J’ai appris à utiliser la chromatographie gazeuse et la spectrométrie de masse de façon à faire une analyse chimique. j’ai mis en place un certain codage de base pour analyser les données. J’ai donc créé un projet multidimensionnel auto-piloté qui imite ce que des millions de personnes utilisent « .

Avec cette méthode uniforme pour la collecte de données, Baish et Daley ont commencé à examiner la présence de nicotine dans les particules et la vapeur rejetées par les e-cigarettes.

« Dans la phase particulaire, la nicotine est probablement absorbée plus lentement à travers les membranes contrairement à la vapeur qui va plus profondément dans les poumons et, où elle sera absorbée beaucoup plus vite« , a déclaré Baish.

Dutcher et Raymond se sont attelés à l’étude des autres molécules produites par la chauffe d’un e-liquide, qui en plus de la nicotine contient habituellement des produits relativement inoffensifs comme le propylène glycol et la glycérine végétale. Une étude publiée dans le New England Journal of Medicine avait pourtant indiqué que les e-cigarettes pouvaient produire du formaldéhyde, un cancérigène, mais Dutcher est clairement sceptique quant à ces conclusions et a souhaiter refaire lui même l’expérience.

D‘après elle«Ils ont fait vraiment chauffer le dispositif mais n’ont jamais mesuré de formaldéhyde, ils ont mesuré quelque chose qui serait en adéquation avec le formaldéhyde ». «Je veux refaire le travail et faire des vérifications,  le but n’étant pas de faire du sensationnel car personne ne fait chauffer sa e-cigarette comme ils l’ont fait ! »

bucknellDutcher prévoit de présenter certaines de ses conclusions à « l’association Américaine de recherche en aérosol » en Octobre, et Berger présentera un document sur la base de ses recherches en Novembre. Les chercheurs ont souligné qu’ils n’engageaient pas ces études pour se placer contre la cigarette électronique. Baish lui même affirme que les cigarettes électroniques sont très prometteuses et semblent beaucoup moins nocives que la consommation de cigarette traditionnelle. Ils ont tout simplement été attirés par l’explosion de la popularité et du développement de la e-cigarette ainsi que de leurs sophistications.

« C’est en évolution constante», a déclaré Raymond. « Il y a maintenant des résistances simples, des e-cigarettes à double résistances et tout cela utilisées à différentes puissances, sans compter les différents e-liquides, les additifs et les dosages de nicotine. Il y a beaucoup d’inconnues dans beaucoup de domaines différents. Des centaines d’articles sont à publier sur le sujet « .

Et l’intérêt de Dutcher va même bien au-delà de l’utilisation de la nicotine,  il souhaite se pencher sur d’autres utilisations potentiellement bénéfiques des vaporisateurs comme par exemple le traitement pour la tuberculose.

Source : Bucknell.edu

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Directeur général du Vapelier OLF mais également rédacteur pour Vapoteurs.net, c'est avec plaisir que je sors ma plume pour partager avec vous l'actualité de la vape.

Laisser une réponse