Top banner
Top banner
Top banner
Top banner
ETUDE : La publicité a une influence sur le tabagisme et le vapotage des jeunes

ETUDE : La publicité a une influence sur le tabagisme et le vapotage des jeunes

Selon une nouvelle étude publiée dans ERJ Open Research, plus les adolescents disent avoir vu des publicités pour l’e-cigarette, plus ils ont tendance à l’utiliser et également à consommer du tabac. 


6900 ELEVES INTERROGES SUR LA RELATION FACE A LA PUBLICITE DE L’E-CIGARETTE


Cette nouvelle étude de l’European Lung Fondation s’est déroulée en Allemagne, où la réglementation en matière de publicité pour le tabac et l’e-cigarette est plus permissive que dans d’autres régions d’Europe. Ailleurs, il est interdit de faire de la publicité pour le produits du tabac mais certains types d’annonces et de promotions pour l’e-cigarette restent autorisés.

Les chercheurs affirment que leurs travaux démontrent que les enfants et les adolescents devraient être protégés des dangers potentiels du tabagisme et de l’utilisation de l’e-cigarette par une interdiction totale de la publicité et des promotions.

Le Dr Julia Hansen, chercheuse à l’Institut de recherche sur la thérapie et la santé (IFT-Nord) de Kiel (Allemagne), a été co-chercheuse pour cette étude.  Elle déclare :  » L’Organisation mondiale de la Santé recommande l’interdiction complète de la publicité, de la promotion et du parrainage pour les produits du tabac dans sa Convention-cadre pour la lutte antitabac. Malgré cela, en Allemagne, le tabac et l’e-cigarette peuvent toujours être annoncés dans les magasins, sur les panneaux d’affichage et dans les cinémas après 18 heures. Ailleurs, bien que la publicité pour le tabac puisse être interdite, la réglementation en matière de publicité pour l’e-cigarette est plus variable. Nous voulions examiner l’impact que la publicité peut avoir sur les jeunes.  »

Les chercheurs ont demandé à 6 902 élèves d’écoles de six États allemands de remplir des questionnaires anonymes. Ils étaient âgés de 10 à 18 ans et avaient en moyenne 13 ans. On leur a posé des questions sur leur mode de vie, notamment en ce qui concerne l’alimentation, l’exercice, le tabagisme et l’utilisation d’e-cigarettes. Ils ont également été interrogés sur leur statut socio-économique et leurs résultats scolaires.

On a présenté aux élèves des images de véritables publicités sur l’e-cigarette sans citer de marques et on leur a demandé combien de fois ils les avaient vus.

Au total, 39% des élèves ont déclaré avoir vu les publicités. Ceux qui ont déclaré avoir vu les publicités étaient 2 voir 3 fois plus susceptibles de dire qu’ils utilisaient l’e-cigarette et 40% plus susceptibles d’affirmer qu’ils fumaient du tabac. Les résultats suggèrent également une corrélation entre le nombre de publicités vu et la fréquence de consommation de l’e-cigarette ou de tabac. D’autres facteurs, tels que l’âge, la tendance à rechercher certaines sensations, le type d’école fréquentée par les adolescents et le fait d’avoir un ami qui fume étaient également liés à la probabilité d’utiliser l’e-cigarette et de fumer.


UNE ETUDE QUI SUGGERE QUE « LES JEUNES SONT VULNERABLES FACE A L’E-CIGARETTE« 


Le Dr Hansen a déclaré : « Dans cette vaste étude sur les adolescents, nous constatons clairement une tendance : ceux qui disent avoir vu des publicités pour l’e-cigarette sont plus susceptibles de dire qu’ils ont déjà vapoté ou fumé du tabac »

Elle ajoute « Ce type de recherche ne peut prouver aucune cause à effet, mais il suggère que la publicité sur l’e-cigarette touche ces jeunes vulnérables. En même temps, nous savons que les fabricants d’e-cigarette offrent des saveurs adaptées aux enfants, telles que les bonbons, le chewing-gum ou encore la cerise »

Selon elle « Il est prouvé que l’e-cigarette n’est pas inoffensive, et la présente étude s’ajoute aux données existantes selon lesquelles voir de la publicité sur les produits de la vape et leur utilisation pourrait également amener les adolescents à fumer. On craint que leur utilisation puisse être une «passerelle» vers la cigarette qui pourrait contribuer au développement d’une nouvelle génération de fumeurs. Les jeunes devraient donc être protégés de tout type d’action marketing.  »

Le Dr Hansen espère continuer à étudier ce grand groupe d’élèves afin de déterminer s’il y’a d’éventuels changements dans le temps. Selon elle, ses travaux pourrait aider à clarifier les corrélations entre l’exposition aux publicités et l’utilisation de l’e-cigarette ainsi que du tabac.

Le Pr Charlotta Pisinger, président du comité de contrôle du tabac de la Société européenne de pneumologie qui n’a pas participé à la recherche déclare pour sa part : « Les producteurs d’e-cigarettes peuvent affirmer que la publicité est un moyen légitime d’informer les adultes sur leurs produits. Cependant, cette étude suggère que les enfants et les jeunes pourraient subir des dommages collatéraux.« 

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Précédent : REVUE / TEST : N°4 par De la crème
Suivant : REVUE / TEST : Gecko Slim par JWell

A propos de l'auteur

Passionnée de journalisme, je me suis décidée à rejoindre la rédaction de Vapoteurs.net en 2017 afin de traiter principalement l'actualité vape en Amérique du nord (Canada, Etats-Unis).

Laisser une réponse