Top banner
Top banner
Top banner
Top banner
ÉTUDE : La vapeur de l’e-cigarette blu à un impact similaire à de l’air frais sur les tissus pulmonaires.

ÉTUDE : La vapeur de l’e-cigarette blu à un impact similaire à de l’air frais sur les tissus pulmonaires.

Une nouvelle étude commanditée par Imperial Brands et menée par l’organisme de recherche sous contrat MatTek montre que le vapotage produit un effet similaire à l’air sur les tissus pulmonaires humains.


VAPOTER AUSSI SAIN QUE RESPIRER POUR LES POUMONS ?


L’étude, publiée ce mois-ci, visait à évaluer les potentiels effets néfastes de la vapeur émise par l’e-cigarette blu sur les tissus pulmonaires humains tout en la comparant à la fumée d’une cigarette conventionnelle.

Pour cette étude, les chercheurs ont utilisé un modèle 3D de tissu pulmonaire en parallèle avec un robot VITROCELL pour évaluer la toxicité potentielle de la vapeur de l’e-cigarette sur les cellules humaines.

Deux produits de vaporisation contenant de la nicotine (blu PLUS + e-cigarette) ont été testés avec et sans arômes sur du tissu pulmonaire humain. Parallèlement une cigarette de référence 3R4F conventionnelle a également été testé pour faire la comparaison.

D’après les résultats présentés :

  • L’impact de la vapeur provenant du e-liquide aromatisé et non aromatisé sur le tissu des pulmonaire était similaire à celui de l’air frais, même en poussant le test jusqu’à 400 bouffées continues. La donnée essentielle étant que la vapeur de l’e-cigarette blu n’a eu aucun impact cytotoxique sur les tissus des voies respiratoires humaines dans les conditions du test.
  • En revanche, l’exposition à la fumée de la cigarette conventionnelle a entraîné une diminution importante et rapide de la viabilité des tissus pulmonaires dans les conditions du test.

Lukasz Czekala, chercheur en toxicologie in-vitro chez Imperial Brands et auteur de l’étude, déclare : « Jusqu’à présent, peu d’études in vitro ont été menées sur les effets potentiellement néfastes de la vapeur. Cette étude organotypique visait à imiter de façon réaliste l’exposition de la vapeur et de la fumée non aromatisées sur du tissu pulmonaire humain. »

« Les résultats que nous avons observés confortent notre conviction que l’e-cigarette blu dispose d’un potentiel convaincant en tant qu’alternative de réduction des risques au tabagisme. À ce jour, l’e-cigarette blu a prouvé son potentiel de réduction des risques dans chacun des tests que nous avons effectués. » ajoute t’il.

Le Dr Grant O’Connell, responsable des affaires scientifiques chez Imperial Brands déclare pour sa part :  » Notre dernière étude évalue plus encore le potentiel de réduction des risques de nos produits de vapotage. Nous considérons qu’il est de bonne pratique scientifique de faire en sorte que les futures études de laboratoire répliquent le plus fidèlement possible la physiologie humaine avant le début d’essais cliniques, au lieu de se baser sur des expositions non réalistes sur l’homme et sur des résultats extrapolés. Ces deux activités étant malheureusement trop fréquentes dans la recherche actuelle sur le vapotage .  »

Pour finir il déclare : « Cette étude renforce l’engagement d’Imperial Tobacco à investir dans de nouveaux outils et tests in vitro qui éliminent le besoin de tests sur les animaux, alors même que nous poursuivons nos efforts pour prouver le potentiel de réduction des risques de nos produits de nouvelle génération. »

Source : Eurekalert.org/ Blu (Imperial Brands)

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Précédent : VAP’NEWS : L’actualité e-cigarette pour le Vendredi 12 Avril 2019
Suivant : REVUE / TEST : Vaze par Vaze Vape

A propos de l'auteur

Ayant une formation de spécialiste en communication, je m'occupe d'une part des réseaux sociaux du Vapelier OLF mais je suis également rédacteur pour Vapoteurs.net .

Laisser une réponse