Top banner
Top banner
Top banner
ÉTUDE : Le tabagisme augmenterait le risque de TDAH

ÉTUDE : Le tabagisme augmenterait le risque de TDAH

C’est une nouvelle étude qui nous vient de l’Université de Turku en Finlande. Selon celle ci, l’exposition d’une mère à la nicotine pourrait tripler le risque pour son enfant de souffrir d’un trouble de déficit de l’attention avec/sans hyperactivité (TDAH) plus tard.


LE CONSTAT D’UN LIEN ENTRE TABAGISME ET TDAH


Ce n’est pas la première fois qu’une étude témoigne d’un lien possible entre le tabagisme de la mère et le TDAH de son enfant, mais les études précédentes se fiaient habituellement à ce que la mère auto-déclarait concernant son tabagisme, une mesure qui sous-estime généralement le taux réel de tabagisme, et encore plus chez les femmes enceintes.

Cette fois, les chercheurs de l’Université de Turku ont mesuré le taux de cotinine dans le sang de femmes qui en étaient à leur deuxième ou à leur troisième trimestre de grossesse. La cotinine est un biomarqueur qui témoigne d’une exposition de la mère à la nicotine, qu’il s’agisse de son propre tabagisme, de la fumée secondaire ou même de timbres. Plus le taux de cotinine était élevé dans le sang de la mère, plus grand était le risque que son enfant souffre d’un TDAH plus tard, ont constaté les scientifiques.

« C’est une donnée qui est connue de la littérature depuis un certain temps, que l’exposition à la cigarette augmente le risque pour l’enfant de présenter un TDAH, a commenté la docteure Nancie Rouleau, une neuropsychologue de l’Université Laval qui profite actuellement d’une année sabbatique pour travailler à l’Université Harvard. Il y a plus de chances que l’enfant se retrouve avec un TDAH si la mère consomme beaucoup de nicotine, ce qui est moins le cas pour les consommations légères. Mais on parle d’une association, pas d’un lien de causalité. »

En effet, on peut simplement, pour le moment, constater un lien entre le tabagisme et le TDAH, sans pouvoir affirmer que le premier est la cause directe du second. On note une association, sans plus. La docteure Rouleau soulève plusieurs hypothèses à ce sujet. Dans un premier temps, dit-elle, on sait qu’une mère qui fume la cigarette court davantage de risques de donner naissance à un bébé de petit poids ou prématuré, ce qui est « un des plus grands risques (de TDAH) actuellement ».

De plus, on sait que les gens qui souffrent d’un TDAH et qui ne sont pas traités sont plus susceptibles d’être des consommateurs d’alcool, de drogues ou de tabac.

« Donc je me pose la question : est-ce que parmi ces mères qui fument la cigarette nous avons des mères TDAH non traitées ? a demandé la docteure Rouleau. On aurait donc ici un deuxième lien causal, la génétique. Oui, la mère fume, mais elle est surtout porteuse de gènes qui causent le TDAH, et ça ici ça n’a pas été contrôlé. »

Cela étant dit, les femmes enceintes ont encore et toujours intérêt à se tenir le plus loin possible des produits de nicotine, que ce soit pour le TDAH ou pour n’importe quelle autre raison.

« Ça me paraît une recommandation tout à fait logique à la lecture de la littérature scientifique actuellement. C’est un facteur nocif d’être exposé au tabac, même pour un bébé naissant », a dit la docteure Nancie Rouleau. Les conclusions de cette étude sont publiées par le journal médical Pediatrics.

Source : Lapresse.ca/

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Ayant une formation de spécialiste en communication, je m'occupe d'une part des réseaux sociaux du Vapelier OLF mais je suis également rédacteur pour Vapoteurs.net .

Laisser une réponse