Top banner
ÉTUDE : Les professionnels de la e-cigarette font de la désinformation.

ÉTUDE : Les professionnels de la e-cigarette font de la désinformation.

Selon une étude sur la e-cigarette de l’Ohio State University, la perception du public à long terme pourrait être teintée par la désinformation.

D’aprés les auteurs de l’étude en question, les fabricants et les vendeurs de cigarettes électroniques s’autorisent à faire toutes sortes d’allégations de santé dont beaucoup ne seraient pas validés par la réglementation de la FDA.

Maintenant que les cigarettes électroniques relèvent de la loi sur le tabac et la prévention, les fabricants doivent soumettre des demandes auprès de la FDA, qui doit par la suite examiner et autoriser toutes déclarations liées à la santé. Mais pour les chercheurs de l’Ohio State University de nombreuses allégations de santé non prouvées ont circulé avant cette nouvelle réglementation. Selon eux, la désinformation pourrait avoir un effet persistant sur les consommateurs, ils en profitent d’ailleurs pour souligner l’importance du travail de la FDA afin d’éviter les allégations de santé non approuvées.


Manipulation-médiatiqueUNE ÉTUDE POUR ÉVALUER LES ALLÉGATIONS DES FABRICANTS ET DES DÉTAILLANTS DE E-CIGARETTE


« La FDA peut et doit prendre des mesures pour veiller à ce que les allégations inexactes et trompeuses sur la e-cigarette soient abandonnées, » écrivent-ils dans l’étude, qui paraît dans la revue « Tobacco Regulatory Science ».

« La majorité des fumeurs sont intéressés par le fait d’arrêter de fumer et il est essentiel pour la FDA de veiller à ce que les consommateurs ne sont pas induits en erreur dans le choix des produits suite à des allégations inexactes relatives à la santé « , a déclaré Elizabeth Klein, chef de file, auteur de l’étude et professeur agrégé à l’Ohio State.

« Le but de l’étude était d’évaluer les types d’allégations de santé que les consommateurs peuvent rencontrer s’ils sont allés en ligne pour acheter des produits de vape« , a déclaré M. Klein.

L’équipe de recherche, qui comprenait des experts en santé publique et en droit, ont effectué leur travail avant l’adoption de la nouvelle réglementation de la FDA. Ils ont examiné les allégations en ligne des fabricants et les vendeurs de cigarettes électroniques afin de les analyser.

L’étude a révélé que la plupart des fabricants et des détaillants en ligne ont fait au moins une allégation liée à la santé. Le plus souvent, il a été constaté un discours Basic RGBqui explique que  » Les e-cigarettes sont moins nocives que les cigarettes traditionnelles » ou encore « qu’il n’y a pas de vapotage passif« . D’autres affirment également « que les e-cigarettes ne posent aucun risque pour la santé« .

Pour Elisabeth Klein : « Ces messages changent la perception des consommateurs de cigarettes électroniques et peut laisser le public américain avec de fausses idées qui seront difficiles à inverser par la suite.« . « Une fois que ces messages sont communiqués aux consommateurs, vous ne pouvez pas revenir dessus » dit-elle. « Nous voulons être sûrs que les consommateurs sont correctement informés pour prendre leurs décisions en matière de santé, y compris concernant l’utilisation des e-cigarettes« .

Maintenant, la règlementation de la FDA est en place, les interdictions concernant la publicité non autorisée sera en vigueur début Août. Cela signifie que les fabricants qui souhaitent commercialiser des produits comme « sains » ou plus sûrs que les cigarettes devront d’abord en faire la demande à la FDA et devront ensuite fournir des preuves afin d’étayer leurs allégations.


MICAH BERMAN : DES AFFIRMATIONS CLAIREMENT EXAGÉRÉS VOIR FAUSSES…


public-health-hands_1Certains experts ont estimé que les ventes de e-cigarettes dépasseront celle des cigarettes d’ici une décennie. Son utilisation chez les enfants et les adolescents est déjà plus répandue que la consommation de cigarettes.

Sur les 110 sites étudiés, il a été constaté que 71% des fabricants et 47% des détaillants ont fait au moins une allégation placé dans la catégorie «risque modifié», où le produit vendu comprend l’idée que les e-cigarettes sont meilleures que les cigarettes pour votre santé et réduit votre exposition aux produits chimiques présents dans les autres produits du tabac.

Parmi les déclarations il a été constaté: «L’expérience réaliste de fumer sans les problèmes de santé associés au tabac« , le fait de « ne pas inhaler de substances cancérogènes ou d’autres composants nocifs présents dans les cigarettes » ou encore la différence entre « les cigarettes classiques qui contiennent plus de 4000 produits chimiques nocifs et les cigarettes électroniques « .

Selon Micah Berman, co-auteur de l’étude, «Ce sont des affirmations clairement exagérés voir fausses.». Pour lui, «La loi est précise, les entreprises ne peuvent pas prétendre que leurs produits peut vous aider à arrêter de fumer à moins que des preuves scientifiques soient fournies à la FDA »

Les cigarettes électroniques ont conduit à un débat au sein de la communauté de la santé publique. Certains prétendent qu’elles sont une évolution positive et d’autres sont sceptiques quant à leurs capacités à aider les fumeurs à en finir avec la cigarette.

Source : sciencedaily.com

Elizabeth G. Klein, Micah Berman, Natalie Hemmerich, Cristen Carlson, Susandi Htut, Michael Slater. Online E-cigarette Marketing Claims: A Systematic Content and Legal Analysis. Tobacco Regulatory Science, 2016; 2 (3): 252 DOI: 10.18001/TRS.2.3.5

 

 

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Rédactrice et correspondante Suisse. Vapoteuse depuis de nombreuses années, je m'occupe principalement de l'actualité suisse.