Top banner
Top banner
ETUDE : Selon l’American Chemical Society, l’e-cigarette peut endommager l’ADN.

ETUDE : Selon l’American Chemical Society, l’e-cigarette peut endommager l’ADN.

Le 20 août dernier à l’occasion du 256e National Meeting & Exposition de l’American Chemical Society à Boston, une équipe de chercheurs du Minnesota à présenté son étude sur les effets de l’e-cigarette. Selon leurs travaux, les produits chimiques inhalés en utilisant une e-cigarette pourraient modifier l’ADN et augmenteraient le risque de cancer. 


LES EFFETS A LONG TERME DE L’E-CIGARETTE SONT ENCORE INCONNUS !


La popularité de l’e-cigarette continue de croître dans le monde entier et de nombreuses personnes la considère aujourd’hui comme une véritable alternative au tabac. Pourtant les effets à long terme du vapotage restent inconnus.

Selon une équipe de chercheur du Minnesota, l’utilisation de le-cigarette peut modifier l’ADN dans les cellules orales des consommateurs et donc augmenter le risque de cancers.

« Il est clair que la combustion du tabac produit plus de substances cancérigènes que la vapeur des cigarettes électroniques » – Silvia Balbo – Chercheuse

Les chercheurs ont présenté leurs travaux lors de la 256ème réunion nationale de l’American Chemical Society (ACS). Pour le Dr Romel Dator qui a présenté les travaux lors de la réunion « Les cigarettes électroniques sont populaires mais leurs effets à long terme sur la santé restent inconnus« . A propos de cette étude, il ajoute « Nous voulons caractériser les produits chimiques auxquels les vapoteurs sont exposés, ainsi que tout les dommages qu’ils peuvent causer à l’ADN  »

Les scientifiques du Minnesota ont donc examiné les substances chimiques présentes dans la bouche de cinq utilisateurs de e-cigarette après quinze minutes de vape. Cinq personnes en bonne santé, qui ne vapotent pas, ont servi de témoins. Les chercheurs ont détecté la présence de trois produits chimiques dans la bouche des utilisateurs de e-cigarette : acroléineméthylglyoxal et formaldéhyde.

Ces trois substances peuvent créer ce que l’on appelle un adduit à l’ADN. Si rien n’est fait pour le réparer, cet adduit à l’ADN peut modifier l’expression des gènes et donner lieu à une mutation cancéreuse. De plus, les cinq participants à l’étude, qui vapotent, présentaient des taux accrus d’adduits à l’ADN liés à l’acroléine.


MOINS DE SUBSTANCES CANCERIGENES DANS LA VAPEUR QUE DANS LA FUMEE DE CIGARETTE !


Malgré les résultats de cette étude le Dr Silvia Balbo, chercheuse principale du projet au Masonic Cancer Center de l’Université de Minnesota à souhaité remettre les choses en ordre : « Il est clair que la combustion du tabac produit plus de substances cancérigènes que la vapeur des cigarettes électroniques« . Celle ci ajoute « Cependant, nous ne connaissons pas vraiment l’impact de l’inhalation de la combinaison de composés produits par cet appareil. Ce n’est pas parce que les menaces sont différentes que l’e-cigarette est complètement sûre.  »

Les auteurs de l’étude recommandent de nouvelles recherches de ce type sur un plus grand nombre de témoins. Dans tous les cas, le Dr Silvia Balbo insiste, selon elle « comparer l’e-cigarette et le tabac, c’est vraiment comparer des pommes à des oranges. Les expositions sont complètement différentes« .

SourceAcs.org/Pourquoi Docteur

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Passionnée de journalisme, je me suis décidée à rejoindre la rédaction de Vapoteurs.net en 2017 afin de traiter principalement l'actualité vape en Amérique du nord (Canada, Etats-Unis).