Top banner
Top banner
INDE : Le ministère de la santé veut interdire la vente d’e-cigarette et de tabac chauffé.

INDE : Le ministère de la santé veut interdire la vente d’e-cigarette et de tabac chauffé.

En Inde, l’avenir de l’e-cigarette semble de plus en plus sombre et incertain. Il y’a quelques jours le ministère fédéral indien de la Santé a appelé à mettre un terme à la vente ou à l’importation des e-cigarettes et des dispositifs de tabac chauffé comme celui que Philip Morris International Inc. envisage de lancer dans le pays.


UN « GRAND RISQUE POUR LA SANTE » SELON LE MINISTERE DE LA SANTE


Il y’a quelques jours, le ministère fédéral indien de la Santé a appelé à mettre un terme à la vente ou à l’importation des e-cigarettes et des dispositifs de tabac chauffé.

L’Inde a des lois strictes pour dissuader le tabagisme, qui selon le gouvernement tue plus de 900 000 personnes chaque année. Selon l’Organisation mondiale de la santé, le pays compte pourtant encore 106 millions de fumeurs adultes. Dans un avis adressé aux gouvernements des États, le ministère de la Santé a déclaré que les dispositifs de vapotage et de tabac chauffé constituaient un « grand risque pour la santé » et que les enfants et les non-fumeurs utilisant de tels produits pourraient devenir accro à la nicotine. 


PHILIP MORRIS VEUT IMPOSER IQOS, LE MINISTERE DE LA SANTE VEUT INTERDIRE SA VENTE !


Prise de position de la part du gouvernement avec le géant du tabac Philip Morris, qui prévoit de lancer son dispositif iQOS en Inde. Selon Reuters, Philip Morris travaille à l’arrivée de son système de tabac chauffé en tant que produit de réduction des risques dans le pays.

Mais le ministère de la Santé a été clair et il demande aux États indiens de «garantir» que les ENDS (système électronique de délivrance de nicotine) y compris les e-cigarettes ne soient plus vendus, fabriqués ou importés dans le pays. 

Selon le ministère, ces dispositifs « représentent un risque important pour la santé du grand public, en particulier les enfants, les adolescents, les femmes enceintes et les femmes en âge de procréer« .

Un haut responsable de la santé a déclaré que le gouvernement « envoyait un message fort » concernant la nocivité de ses produits pour la population.


UNE REGLEMENTATION DE L’E-CIGARETTE ENCORE EN ATTENTE 


L’année dernière, un résident de New Delhi a porté plainte devant le tribunal de grande instance de Delhi pour réclamer une réglementation de l’e-cigarette. Afin d’éclaircir les choses, le tribunal a demandé il y’a quelques jours au ministère fédéral de la Santé de préciser la date à laquelle des mesures réglementaires doivent être annoncés. 

« L’affaire a été déposée pour faire ressortir l’absence absolue de réglementation. Il est désormais essentiel que des mesures de mise en œuvre strictes soient prises« , a déclaré Bhuvanesh Sehgal, un avocat basé à Delhi.

Ces dernières années, le gouvernement indien a intensifié ses efforts de lutte « antitabac » notamment en augmentant les taxes sur les cigarettes mais également en interdisant l’utilisation des e-cigarettes dans de nombreux États.

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef de Vapoteurs.net, le site de référence sur l'actualité de la vape. Engagé dans le monde de la vape depuis 2014, je travaille chaque jour pour que tous les vapoteurs et les fumeurs soient informés.

Laisser une réponse