Top banner
Top banner
Top banner
INTERVIEW : A la découverte du Riviera Vape Club.

INTERVIEW : A la découverte du Riviera Vape Club.

Aujourd’hui, nous vous proposons de partir à la découverte d’un projet bien particulier. Non, nous n’irons pas aux Etats-Unis mais bien en Suisse afin de vous présenter le Riviera Vape Club, un établissement qui se trouve au centre ville de Montreux. Après avoir accueillie notre rédaction lors d’une visite au mois de Décembre, Marc et Pedro ont eu la gentillesse de répondre à notre interview afin de vous présenter leur projet de « Vape Club« .

riviera1Bonjour Marc, Pedro, Pour commencer, pourriez vous vous présenter, nous parler de votre expérience dans la vape ?

– Bonjour je m’appelle Pedro, j’ai 39 ans. Je suis venu à la vape par curiosité suite à un documentaire TV. Ma première e-cigarette était une jetable goût fruits de la passion sans nicotine, et cette dernière m’a permis de tenir toute la soirée sans fumer. Suite à cette expérience, la semaine suivante je me rendais en France acheter mon premier kit digne de ce nom. La ecig étant devenu une passion, j’ai pris la décision de monter ma propre société active dans ce domaine.

– Moi c’est Marco, 29 ans. J’ai commencé à vaper suite à un séjour en France dans ma famille. J’ai été curieux de tester la e-cig dans un shop de Brest et j’ai très vite été séduit par ses avantages (pouvoir vaper partout, sans odeur, et surtout sans les inconvénients nocifs de la clope).  Par la suite c’est devenu une passion et j’ai commencé à faire mes propres e-liquides . Ensuite, j’ai eu l’opportunité de rencontrer Pedro dans son shop, et après pas mal de temps de réflexion ensemble, on a décidé de lancer ce projet de club de vape.

Vous êtes les gérants du Riviera Vape Club à Montreux, pouvez vous nous expliquer en quoi consiste le concept ?

– Le concept du club est parti d’un constat simple. La nicotine est interdite à la vente dans les shops Suisses et on ne trouve pas d’endroit où partager sa passion entre vapoteurs. On a donc décidé de monter un club de vape privé où les membres peuvent rajouter de la nicotine légalement dans leurs liquides. Mais pas que… discuter, boire un café, échanger sur le matériel, organiser des vapéros, des évents, etc…

Quels sont les aménagements et les services proposés aux adhérents du club ?

– En terme d’aménagement, nous disposons d’un espace d’une cinquantaine de mètres carrés. Avec comme élément principal un bar à vape. Le club ayant développé sa propre marque de liquides, nous proposons un remplissage directement à la pompe (style bouteilles de bar), ainsi que des fioles de 30ml. Le bar permet également de goûter un soixantaine de jus mis à disposition de ses membres. Nous proposons également un nettoyage du matériel par bac à ultrason, des ateliers coils, tester certains matériels en avant-première. D’autres services sont par ailleurs en cours de développement.


Peux tu nous dire ce que recherchent les vapoteurs qui rejoignent le club ?riviera2

– D’abord la possibilité d’accéder à de la nicotine. Ce qui n’est pas forcément aisé pour tout le monde. Ensuite une ambiance conviviale, des échanges, des conseils et tout ce qui fait l’ambiance d’un club.


Peut-on dire qu’un club est plus propice à conseiller les vapoteurs qu’une boutique (même si le club propose également du matériel et des e-liquides en vente) ?

– Tout dépend de la compétence du gérant du club ou de la boutique. C’est comme partout. Pour ce qui est des conseils en boutiques ou en club, je pense que le plus intéressant serait de proposer des formations pour les professionnels du secteur afin de répondre au plus juste aux besoins de leur clientèle. Par contre, un club peut mettre à disposition plus de temps pour les explications sur le matériel dans un cadre plus relaxant.

Avec le succès que rencontre le Riviera, avez vous déjà pensé à mettre en place des clubs un peu partout en Suisse, voire en France ?

-Le système fonctionnant à l’étage d’un shop, cela nous paraît compliqué à mettre en place. Nous envisageons par la suite de multiplier le concept shop/club dans les années à venir.

riviera3Nous avons pu voir que de nombreux modeurs faisaient des prêts de matériel afin qu’ils soient exposés au club. Quels sont vos relations avec les professionnels ?

-Pour les modeurs et entreprises , nous organisons des partenariats de diverses natures avec eux. La plupart du temps nous leurs mettons un espace d’exposition à disposition, et à chaque fois que le club vend leurs matériels, nous touchons une commission qui est versée dans la caisse du club. Ce qui permet au club de vivre et aux modeurs de pouvoir exposer et vendre son matériel.

Le club propose également ses propres e-liquides. Que pouvez vous nous dire sur leurs conceptions ? Sont ils appréciés par vos adhérents ?– Oui tout à fait, le club propose sa propre gamme de liquide conçue et développée au laboratoire. Le concept de gamme étant que chaque vapoteur puisse trouver son all-day. Quant à la composition des juices, on utilise des bases 100% végétales et des arômes produits en France exclusivement. La gamme ne cesse de se développer en fonction de l’attente des membres et des saveurs qu’ils recherchent. Pour le moment nous sommes actuellement sur huit jus différents et trois nouveaux sont prévus pour le mois de mars.

Pour finir, pensez vous que ce concept de club est l’avenir de la vape ?

– On ne pense pas forcément que se soit l’avenir de la vape, mais une évolution de ce qui se fait maintenant. La vape se démocratise et les gens ont besoin d’avoir des endroits pour se retrouver et discuter de leur passion.

Merci à l’équipe du Riviera Vape Club d’avoir répondu à nos questions. Si vous vous trouvez près de Montreux, n’hésitez pas à leur rendre une visite vous ne serez pas déçus par leur accueil. Pour plus d’informations, rendez vous sur le site officiel du « Riviera Vape Club« .

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef de Vapoteurs.net, le site de référence sur l'actualité de la vape. Engagé dans le monde de la vape depuis 2014, je travaille chaque jour pour que tous les vapoteurs et les fumeurs soient informés.

Laisser une réponse