Top banner
Le « Recul » sur la vape : Est ce nécessaire ?

Le « Recul » sur la vape : Est ce nécessaire ?

Le fameux « recul » sur la e-cigarette… On en a entendu parler à toutes les sauces. Ce soi-disant manque d’informations et d’études sur le sujet préconiserait donc une grande prudence vis à vis de la vape. Les médias, les gouvernements et certains scientifiques utilisent ce « manque de recul » comme excuse pour ne pas laisser la vape devenir un moyen de sevrage officiel et reconnue. Dans ce cas, nous sommes en droit de nous poser la question : Un « recul » sur la vape est il réellement nécessaire ?

arreter-de-fumer-cigarette-electornique


ARRETONS DE COMPARER LA VAPE ET LE TABAC…


Force est de constater que la réponse au pourquoi de ce fameux « recul » est souvent la même, « Il a fallu plusieurs dizaines d’années pour que l’on découvre que la cigarette était dangereuse et cancérigéne, il nous faudra encore plus de recul pour déterminer si la e-cigarette comporte un danger ou non« . Alors comment peut on comparer le tabac et la vape ? Le tabac tue des millions de personnes chaque année alors que la vape est un outil de sevrage efficace contre la cigarette. La comparaison entre un poison trés addictif et un « reméde » à celui ci parait quand même assez grossière. N’oublions pas que la personne qui consomme du tabac se lance dans un empoisonnement dont il sera addict alors que celui qui se met à la vape le fera à 95% du temps pour se défaire de son addiction au tabac. En ce sens, on ne peut comparer le tabac et la vape au niveau du recul à avoir car attendre plus longtemps avant de légitimer l’efficacité de la e-cigarette reviendrait à condamner plusieurs millions de personnes à un empoisonnement quotidien.
Cigarette-électronique


LA DURÉE D’UTILISATION DE LA E-CIG : UN PARAMÈTRE IMPORTANT !


A propos du « recul » sur l’utilisation de la e-cigarette, la durée est un paramètre important ! Comme nous l’avons dit, une personne qui se met à la vape, le fait dans la but d’arrêter le tabac. La durée moyenne de sevrage sera de 6 a 12 mois environ pour quelqu’un qui souhaiterait tout arrêter. Ceux qui continueront aprés le feront par esprit « Geek » ou par plaisir, ce qui ne rentre plus vraiment dans le domaine du sevrage ou de l’arrêt du tabac. En partant de ce principe, que peut on attendre comme recul sur une période d’utilisation de 6 à 12 mois ? Nous savons déja que la e-cigarette ne contient pas les produits toxiques contenus dans le tabac et que cela nous fait retrouver certains de nos sens comme le goût, l’odorat et même du souffle. Egalement il faut que la population soit consciente qu’à la base la e-cigarette est une alternative provisoire permettant un arrêt du tabac de façon progressive. Pour le cas ou la vape est utilisée en terme de sevrage (de 6 à 12 mois), il parait donc bien inutile d’avoir un « recul« , 12 mois d’une utilisation de e-liquide étant dans tous les cas un bien moindre mal face à une vie de tabac qui finira pour 1 personne sur 2 par la mort.


IL SERAIT PEUT ETRE TEMPS DE CONSTATER LA RÉELLE RÉUSSITE DE LA VAPE !


Plusieurs médias ont annoncé ces derniers mois des chiffres assez surprenants sur le taux de réussite de la vape concernant l’arrêt du tabac. La plus récente, une étude belge qui annonçait 38 % de réussite, difficile à croire quand on voit le nombre de personnes pour qui cela marche autour de nous. Personnellement je n’ai vu que peu d’échec sur les centaines de personnes que j’ai pu convaincre, certaines s’y reprennent à plusieurs fois le temps de trouver le bon matériel et les bons e-liquides mais le résultat est là ! Ces résultats sont probablement erronnés et poussent à faire croire que la e-cigarette n’est pas un produit efficace. Evidemment dans ces circonstances, cela ne peut que renforcer la conviction des gouvernements et spécialistes dans le discours d’attente d’un « recul » sur la e-cig.
vapotage_passif


E-CIG : POURQUOI UN CERTAIN « RECUL » PEUT ETRE INTERRESSANT ?


Même si cela ne doit pas empêcher la légitimité de la e-cig en tant qu’outil de sevrage tabagique efficace, un certain « recul » pourra être intéressant à étudier dans les prochaines années. Tout d’abord, celui du vapotage passif, afin de savoir si la vape pourrait éventuellement être autorisée en public ou pas. Le cas des vapoteurs convaincus ou « Geek » doit être pris en compte également, et c’est pour leurs cas qu’un « recul » sera peut être plus significatif, car si nous pouvons facilement penser que vapoter sur 6/12 mois ne comporte que peu de risque, le fait de vapoter 5 ou 10 ans voire plus pourra peut être réserver quelques surprises (Tout comme le fait de consommer des aliments douteux, du fast food ou encore de respirer cette pollution ambiante..). Pour finir, il semblerait important dans l’avenir d’avoir un « recul » vis à vis des femmes enceintes et des personnes avec des problèmes cardio-vasculaire, car même si actuellement on applique le principe de précaution, la e-cigarette pourrait permettre à ces personnes d’arrêter le tabac avec des risques amoindris de complications.

téléchargement


UN « RECUL » MALGRE DE NOMBREUSES ETUDES DEJA PRESENTES !


Avant de parler de « recul » qui n’arriveront pas avant des années, il faudrait que les autorités compétentes et les médias diffusent les nombreuses études déja présentes de part le monde. Énormément de tests, d’analyses et d’études ont vu le jour, mais peu sont diffusés en masse. Contrairement à cela, on se rend compte que quand une contre information ou une critique cible la e-cigarette, les médias la diffuse a vitesse grand V. C’est à se demander si on ne chercherait pas à faire taire la plus grande avancée dans le domaine de la santé depuis un siècle. En attendant, c’est à nous, vapoteurs, de continuer à diffuser ces études et à soutenir les différents projets voués à prouver l’efficacité et l’absence de nocivité de la vape.


CONCLUSION : UN « RECUL » SUR LA VAPE SERA NECESSAIRE DANS L’AVENIR MAIS LA PRIORITE EST A LA SANTE PUBLIQUE !


C’est la conclusion que nous ferons dans cet article, nous avons pu voir qu’effectivement un « recul » sur la vape pourra être bénéfique afin de savoir exactement où l’on va dans les années à venir. Pour les personnes qui vapent pour le plaisir, qui ne veulent pas décrocher ou encore pour les femmes enceintes, un certain « recul » permettra de prouver le bien-fondé de cette invention. Mais la santé publique n’attend pas, et au lieu de nous blinder de médicaments dangereux (champix) et de solutions qui ne marchent pas (patchs, gommes) il parait urgent de considérer la vape comme un véritable et efficace sevrage tabagique. Nous, vapoteurs, nous savons que cela marche, nous ressentons les bienfaits de ce produit miracle depuis qu’il est arrivé dans nos vies. Ne pas reconnaitre l’efficacité et les bienfaits de la e-cigarette pour un manque de « recul » revient tout simplement à condamner des milliers voire des millions de personnes à la mort par empoisonnement. Avec plusieurs millions d’utilisateurs à travers le monde et des centaines d’études parues, la vape a suffisamment fait ses preuves pour avoir droit à une certaine légitimité vis à vis des gouvernements, des professionnels de la santé, des médias et de la population.

 

 

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Rédactrice et correspondante Suisse. Vapoteuse depuis de nombreuses années, je m'occupe principalement de l'actualité suisse.