Top banner
Top banner
Top banner
NEWS : « LA E-CIG EST UNE STRATÉGIE VERS LE SEVRAGE ! »

NEWS : « LA E-CIG EST UNE STRATÉGIE VERS LE SEVRAGE ! »

Anne Borgne, médecin addictologue au centre hospitalier de Cornouaille, ex-tabacologue, juge contre-productives, les conclusions d’un récent rapport sur les risques cancérigènes de la cigarette électronique. Elle la voit comme une stratégie de plus vers le sevrage.

Un rapport de chercheurs américains publié par le New England journal of Medecine vient semer de nouveau le doute sur le risque cancérigène que ferait courir la cigarette électronique. Comment réagissez-vous ?

Encore une attaque ! Les fumeurs entendent que c’est quinze fois plus dangereux que la cigarette, ils continuent donc à fumer. Ça me met en colère ! Les fumeurs, qui ne sont pas toujours conscients de l’énorme dangerosité du tabac, n’ont pas envie d’utiliser quelque chose dont on ne leur a pas dit que c’était sans danger. C’est normal comme réaction, sauf que ces études publiées depuis deux ans ne montrent pas la réalité.

Ces chercheurs estiment que le chauffage à 5 volts du liquide de la e-cigarette peut produire de 5 à 15 fois plus de formaldéhyde, cancérigène, que la cigarette classique…

Une cigarette électronique avec une puissance de 5 volts n’est jamais utilisée par les vapoteurs. Ils recherchent le plaisir avec cette sensation de chaud au niveau de la gorge. Il faut d’ailleurs que cette vapeur soit suffisamment concentrée et chaude pour qu’il y ait cette sensation. S’il y avait ce voltage-là ça donnerait une sensation de goût de brûlé, une vapeur irritante insupportable. Des modèles produisant ce surchauffage ont été écartés.

Il y a tout de même quelques inconnues, non ?

Je ne suis pas en train de dire que c’est un produit totalement safety. Je ne recommanderais pas à quelqu’un qui ne fume pas d’utiliser la cigarette électronique. On est dans la proposition de quelque chose qui permet à des fumeurs, qui prennent un risque majeur pour leur santé, de saisir autre chose pour enlever ce risque majeur. Il peut rester un risque mineur mais on est dans une logique de réduction des risques d’insuffisance respiratoire, de troubles cardiovasculaires…

Une bonne aide au sevrage tabagique ?

Elle fait partie des stratégies d’accompagnement vers le sevrage. Il y a des stratégies thérapeutiques, médicalisées, médicamenteuses (patchs, comprimés, gommes…) à la substitution nicotinique. Là, c’est une stratégie qui ne fait pas partie des recommandations officielles. Pour l’instant, je ne peux pas l’inscrire sur une ordonnance, je peux juste la conseiller ou donner un avis. Le véritable succès c’est que les fumeurs s’en sont emparés sans passer par le corps médical. Plein de gens soit arrêtent de fumer soit alternent et donc diminuent leur consommation de tabac. Or cette réduction accélère la prise de décision d’arrêter de fumer. C’est un plus car il n’y a pas de petit tabagisme pas dangereux. Le risque de cancer est bien plus lié à la durée qu’à la quantité.

Le flou n’est-il pas entretenu par l’absence de recommandations et d’études approfondies sur l’impact de la e-cigarette ?

Ça a évolué. En gros, la Haute autorité de santé nous laisse la responsabilité de ce qu’on veut faire et dire. On ne la recommande pas mais si le fumeur veut l’utiliser pour arrêter de fumer on ne peut pas lui dire de ne pas le faire. Les études n’existent pas, il n’y a pas d’argent pour la recherche et aucun labo pharmaceutique ne s’est engagé là-dedans. Le marché de la cigarette électronique pesait 275 M€ en France en 2013, celui du tabac plus de 15.600 M€ et celui des substituts médicamenteux environ 100 M€, en dégringolade… On ne sait pas ce que le formaldéhyde produira dans l’organisme. C’est un produit cancérigène, mais dans la vraie cigarette il y a plein de substances cancérigènes par la combustion. Évidemment, il faut être prudent, améliorer le produit. Une norme Afnor sortira en 2015 pour les e-liquides, en termes de qualité et de quantité, pour l’eau, les arômes, l’alcool, la nicotine, les contenants.

Source : Letelegramme.fr
© Le Télégramme – Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/e-cigarettes-une-strategie-vers-le-sevrage-31-01-2015-10511246.php

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Rédactrice et correspondante Suisse. Vapoteuse depuis de nombreuses années, je m'occupe principalement de l'actualité suisse.

Laisser une réponse