Top banner
PAYS-BAS : Vers une interdiction des arômes pour la vape ? L’ETHRA lance une contre-attaque !

PAYS-BAS : Vers une interdiction des arômes pour la vape ? L’ETHRA lance une contre-attaque !

Doit-on s’attendre à une éventuelle interdiction des arômes pour la vape aux Pays-Bas ? C’est une réelle surprise mais pourtant ce projet bien réel a été annoncé par un communiqué le 23 juin dernier, sans consultation préalable du public. Incompréhension, décision gravissime ? L’European Tobacco Harm Reduction Advocates (ETHRA) a décidé de prendre les devants en écrivant le 14 juillet à Paul Blokhuis, secrétaire d’État à la santé des Pays-Bas. 


Sander Aspers, président d’Acvoda

UNE LETTRE DE L’ETHRA ET UNE PÉTITION EN LIGNE CONTRE L’INTERDICTION !


Un projet d’interdiction de tous les arômes de la vape sauf le « tabac » a été annoncé par un communiqué le 23 juin dernier sans qu’aucune consultation préalable du public n’ai eu lieu. Le projet de Paul Blokhuis, secrétaire d’État à la santé des Pays-Bas est une véritable surprise alors même que l’Institut national de santé publique néerlandais (RIVM) reconnait que « la réglementation devrait permettre la commercialisation des saveurs des e-liquides qui stimulent les fumeurs et les doubles-usagers à continuer ou à utiliser le vapotage ». Dans son plaidoyer, Paul Blokhuis annonce aussi militer au niveau européen pour « l’introduction de droits d’accise sur les nouveaux produits à fumer tels que les cigarettes-électroniques ».

Afin de répondre à ce projet de loi, L’European Tobacco Harm Reduction Advocates (ETHRA) a écrit à Paul Blokhuis, secrétaire d’État à la santé des Pays-Bas ainsi qu’au Parlement. La lettre est signée au nom de l’ETHRA et d’Acvoda par Sander Aspers, président d’Acvoda, et est également signée par les partenaires scientifiques de l’ETHRA. Une pétition à également été lancée en ligne contre l’interdiction de arômes pour la vape aux Pays-Bas, elle a déjà récoltée plus de 14 000 signatures !


LE COURRIER DE L’ETHRA A M. BLOKHUIS ET AU PARLEMENT


14 juillet 2020

Cher Monsieur Blokhuis,

L’European Tobacco Harm Reduction Advocates (ETHRA) est un groupe de 21 associations de consommateurs dans 16 pays européens, représentant environ 27 millions de consommateurs (1) à travers l’Europe et soutenus par des experts scientifiques dans le domaine de la lutte antitabac ou de la recherche sur la nicotine. Nous sommes pour la plupart d’anciens fumeurs qui ont utilisé des produits à base de nicotine plus sûrs, tels que la vape et le snus, pour arrêter de fumer. ETHRA n’est pas financé par l’industrie du tabac ou du vapotage, en fait, nous ne sommes pas du tout financés car notre groupement est une voix pour nos partenaires qui organisent leurs propres revenus et qui donnent de leur temps à l’ETHRA gratuitement. Notre mission est de donner une voix aux consommateurs de produits de réduction des risques à base de nicotine et de veiller à ce que le potentiel de réduction des risques ne soit pas entravé par une réglementation inappropriée.

Nous sommes également très fiers de représenter les consommateurs néerlandais, car Acvoda est l’un de nos partenaires et Sander Aspers, président d’Acvoda, a signé cette lettre au nom de nous tous. ETHRA est répertorié dans le registre de transparence de l’UE à l’adresse : 354946837243-73.

Nous écrivons aujourd’hui en réponse à l’annonce selon laquelle les Pays-Bas ont l’intention d’interdire les arômes pour les e-cigarettes, à l’exception de l’arôme tabac. Nous avons vu dans le communiqué de presse qu’il s’agissait d’une réponse aux préoccupations concernant l’initiation des jeunes et nous avons pensé que nous devrions exposer quelques raisons pour lesquelles nous estimons que cette interdiction est inappropriée.

Le vapotage réussit à aider les fumeurs adultes comme beaucoup d’entre nous à cesser de fumer. Ceci est confirmé par les données de la Belgique, de la France, de l’Irlande et du Royaume-Uni . Avoir une grande variété de saveurs est intrinsèque au succès des produits de vapotage : la capacité d’adapter le vapotage aux goûts individuels joue un rôle très important dans son efficacité à éloigner les gens du tabagisme. Les preuves dans ce domaine sont claires, montrant que si de nombreuses personnes commencent à vapoter avec une saveur de tabac, au fil du temps, elles se tournent vers les fruits, les desserts et les saveurs sucrées.

Une étude récente publiée dans JAMA conclut que « les adultes qui ont commencé à vapoter des e-cigarettes aromatisées sans tabac étaient plus susceptibles d’arrêter de fumer que ceux qui vapotaient des arômes de tabac. »

La même étude a également révélé que les saveurs ne sont pas associées à l’initiation au tabagisme chez les jeunes: « Par rapport aux arômes de tabac à vapoter, le vapotage sans saveur de tabac n’était pas associé à une augmentation de l’initiation au tabagisme chez les jeunes, mais était associé à une augmentation des chances d’arrêt du tabagisme chez les adultes « 

Une étude du RIVM souligne que les saveurs des e-liquides contribuent au passage total des utilisateurs vers la vape et recommande : « Qu’idéalement, la réglementation devrait permettre la commercialisation d’arômes de e-liquides qui incitent les fumeurs et les vapofumeurs à utiliser l’e-cigarette. »

L’interdiction ou la restriction des saveurs aura un effet désastreux sur le sevrage tabagique, en supprimant du marché les produits responsables de réductions énormes de la prévalence du tabagisme. Les arômes sans tabac aident à dissocier les fumeurs du goût du tabac et réduisent ainsi les risques de rechute.

Le danger supplémentaire lié à la limitation ou à l’interdiction des saveurs est que les consommateurs sont alors contraints d’utiliser le marché noir pour obtenir le produit dont ils ont besoin. Telle a été l’expérience en Estonie, où une interdiction d’arômes et une taxation élevée ont entraîné une explosion des produits du marché noir, qui représenteraient 62 à 80% de toutes les ventes. En réponse, l’Estonie a récemment modifié sa législation et autorise désormais la vente d’arômes mentholés.

Les États américains qui ont interdit les arômes ont également vu se développer des marchés noirs florissants, les ex-fumeurs recherchant les seuls produits qui les ont maintenus hors du tabagisme. Les ventes sur le marché noir de produits de vapotage aromatisés seraient un phénomène régulier dans les parkings autour de Long Island à New York. L’interdiction n’a pas éliminé le produit ; il l’a simplement conduit à la clandestinité et a criminalisé ceux dont le seul crime est de ne pas fumer de tabac.

L’interdiction des arômes présente également des risques pour la santé, car les consommateurs se tournent vers des produits non réglementés ou mélangent leurs propres e-liquides avec des arômes alimentaires non adaptés au vapotage. Les arômes à base d’huile en particulier pourraient présenter un risque important pour la santé. Les vapoteurs inexpérimentés amenés à mélanger leurs propres liquides aromatisés peuvent ne pas savoir que les arômes d’e-liquides sont solubles dans l’eau, et dans leur désespoir pourraient ajouter des arômes alimentaires à base d’huile à leurs liquides, sans se rendre compte du danger inhérent que cela pose.

Une étude portant sur les effets d’une interdiction des arômes en Californie a révélé que si les interdictions d’arômes peuvent réduire l’utilisation globale des produits de la vape, elles peuvent également augmenter le tabagisme. En comparant avant et après l’interdiction, le tabagisme a augmenté chez les 18 à 24 ans, passant de 27,4% à 37,1%.

Nous sommes conscients qu’il y a des inquiétudes concernant l’initiation des jeunes, mais il n’y a aucune preuve que les jeunes non-fumeurs deviennent dépendants du vapotage ni que la vape conduit les jeunes à fumer.

Jongeren en riskant gedrag de TRIMBOS, récemment publié, montre qu’aux Pays-Bas, les taux de tabagisme chez les jeunes sont faibles et continuent de baisser, passant de 2,1% en 2017 à 1,8% en 2019. Jongeren en riskant gedrag montre également que le vapotage chez les jeunes est en déclin:

«Entre 2015 et 2019, il y a eu une diminution du pourcentage de jeunes âgés de 12 à 16 ans qui ont déjà utilisé une cigarette électronique; de 34% en 2015 à 25% en 2019. » (p. 81)

Les Pays-Bas ont donc obtenu des résultats exceptionnels en ce qui concerne le tabagisme et le vapotage chez les jeunes, car la prévalence est faible et diminue pour les deux.

Nous sommes donc surpris et inquiets de voir la déclaration de l’institut Trimbos selon laquelle la santé néerlandaise bénéficiera le plus du découragement du vapotage car ce sont les fumeurs adultes qui seront affectés par ces mesures. La prévalence du tabagisme chez les adultes aux Pays-Bas est élevée, à 21,7%. Ces 21,7% représentent beaucoup de personnes qui pourraient grandement bénéficier du passage à un produit moins nocif. Vapoter est beaucoup moins dangereux pour la santé que fumer, le Royal College of Physicians du Royaume-Uni a déclaré dans son rapport de 2016 Nicotine Without Smoke que:

« Les données disponibles suggèrent qu’il est peu probable que le risque dépasse 5% de ceux associé aux produits du tabac fumé, et pourraient bien être nettement inférieures à ce chiffre ».

Il n’y a pas de circonstances dans lesquelles il vaut mieux fumer que vapoter et donc garder les produits de vapotage attrayants pour les fumeurs, les encourager à changer, ne peut être qu’une victoire pour la santé publique. Avoir une grande variété de saveurs est essentiel au succès du vapotage pour convaincre les fumeurs dépendants.

Nous partageons votre engagement en faveur de la prévention et de la promotion de la santé, mais craignons que l’interdiction des arômes ne serve pas cet objectif.

Cordialement,

Sander Aspers
Présidente d’Acvoda, partenaire ETHRA

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Ayant une formation de spécialiste en communication, je m'occupe d'une part des réseaux sociaux du Vapelier OLF mais je suis également rédacteur pour Vapoteurs.net .