Top banner
ROYAUME-UNI : BAT aurait financé une campagne de dénigrement anonyme pour vanter le vapotage

ROYAUME-UNI : BAT aurait financé une campagne de dénigrement anonyme pour vanter le vapotage

C’est une actualité qui fait du bruit outre-manche ! Selon des informations apportées par le Guardian, une campagne de relations publiques contre le NHS (National Health Service) et les services d’arrêt du tabac, qui a conduit à des articles dans des journaux locaux à travers l’Angleterre aurait été financée par British American Tobacco .


Au cœur du scandale, Pagefield, une agence de relations publiques à Londres.

UNE COMMUNICATION FURTIVE POUR DÉNIGRER LE NHS ?


La semaine dernière, l’agence de relations publiques Pagefield a envoyé des communiqués de presse qui semblaient tenter de discréditer le NHS (services de santé anglais) et les services de lutte contre le tabagisme, qui sont censés générer de vastes économies à l’échelle nationale en aidant les gens à arrêter de fumer. Mais problème, l’agence Pagefield n’a en aucun cas précisée qu’elle travaillait à ce moment la pour le compte du fabricant de cigarettes British American Tobacco .
Citant les chiffres du NHS, le communiqué de presse a documenté le coût par contribuable des régimes dans leurs régions sans tenir compte de l’argent économisé par les services de santé grâce à la réduction de la charge des fumeurs nécessitant un traitement. British American Tobacco, propriétaire de la marque d’e-cigarettes Vype, a pour sa part suggéré que la campagne visait à encourager les fumeurs à se mettre au vapotage.

 » Nous comprenons que lorsque ces données ont été initialement partagées avec des journalistes, il n’était peut-être pas clair que c’était au nom de BAT   » – British American Tobacco UK

Le communiqué de presse a été utilisé dans de nombreux journaux locaux. Le East London et le West Essex Guardian ont écrit que le conseil de Redbridge avait dépensé près de 5 000 £ pour chaque fumeur qu’il avait aidé à arrêter de fumer l’année dernière, notant le montant dépensé pour les gommes à la nicotine, les patchs et les sprays. La Gazette de Northumberland a pour sa part titré : « Le coût des services d’arrêt du tabac dans le Northumberland par rapport au nombre de personnes qui ont réellement arrêté ». Pourtant et c’est la ou est tout le problème, les articles ne mentionnaient pas le commanditaire c’est à dire British American Tobacco.


BRITISH AMERICAN TOBACCO VEUT AIDER LES FUMEURS A PASSER A LA VAPE !


Suite à ce constat, le porte-parole de BAT UK a affirmé qu’il était déterminé à réduire l’impact de ses activités sur la santé en offrant aux consommateurs un choix d’alternatives à réduction des risques  y compris des produits de vapotage.

 » Nous pensons qu’il est important de soulever le débat sur les nouvelles données accessibles au public qui montrent que le coût pour le contribuable des outils traditionnels pour arrêter de fumer a considérablement augmenté par rapport au coût du vapotage « , ont-ils déclaré.

« Nous comprenons que lorsque ces données ont été initialement partagées avec des journalistes, il n’était peut-être pas clair que c’était au nom de BAT et dès que nous en avons été informés, nous avons demandé à notre agence de relations publiques de recontacter tous les journalistes le lendemain pour clarifier ce point.  »

Pagefield, qui a précédemment travaillé pour le géant du tabac Philip Morris sur ses appareils à cigarettes IQOS, a déclaré qu’il avait travaillé pour sensibiliser le public aux alternatives au tabagisme et que cette campagne cherchait à encourager les fumeurs à vapoter.

La société de communication a déclarée : « Les preuves montrent que le vapotage aide un nombre record de fumeurs à arrêter de fumer, les données publiques récentes révèlent désormais que le vapotage est moins cher que les aides de sevrage traditionnelles. Cela soulève une question importante pour la politique publique, à propos de laquelle nous avons rassemblé et publié des données plus tôt cette semaine au nom de BAT et de Vype, et cela a été clairement expliqué aux journalistes à qui nous avons parlé. »

Deborah Arnott, directrice générale de l’association ASH

Deborah Arnott, directrice générale de l’association ASH (Action on Smoking and Health) a déclaré que c’était la première fois à sa connaissance qu’une entreprise de tabac au Royaume-Uni employait une agence de relations publiques pour publier un communiqué de presse qui ne révélait pas l’identité de son client.

« Cette publicité secrète pour la vape prétend être une information publique et a été couverte comme telle par des journalistes sans méfiance. BAT a un bilan épouvantable et honteux remontant à plusieurs générations. Rien que l’année dernière, BAT a enfreint les règles de la publicité en faisant la promotion de ses e-cigarettes Vype auprès des jeunes sur les réseaux sociaux. »

Le conseiller Ian Hudspeth, président du conseil du bien-être communautaire de la Local Government Association, a déclaré que réduire les taux de tabagisme parmi les 6 millions de fumeurs en Angleterre était la « chose la plus importante » que les conseils pourraient faire pour améliorer la santé publique, les maladies liées au tabagisme coûtant au NHS environ 2,5 £ milliards par an.

 

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Passionnée de journalisme, je me suis décidée à rejoindre la rédaction de Vapoteurs.net en 2017 afin de traiter principalement l'actualité vape en Amérique du nord (Canada, Etats-Unis).