Top banner
ROYAUME-UNI : Cancer Research UK fait le point sur la vape et les connaissances actuelles

ROYAUME-UNI : Cancer Research UK fait le point sur la vape et les connaissances actuelles

Cela fait plus de 10 ans maintenant que la vape s’est popularisée en Europe et notamment au Royaume-uni, un véritable précurseur en la matière. Avec les années, le matériel a évolué et le nombre de vapoteurs s’est très largement développé même si le bilan reste mitigé. Dans une récente tribune, Cancer Research UK à travers la voix de Linda Bauld fait le point sur la vape et sur les connaissances acquises durant toutes ses années.


LA VAPE, UN OUTIL DE RÉDUCTION DES RISQUES QUE L’ON CONNAIT MIEUX !


Aujourd’hui, plus de 10 ans après l’arrivée d’un outil de réduction tabagique qui a fait ses preuves, il est intéressant de faire le point sur la vape et sur les connaissances acquises. Le principal argument de vente des cigarettes électroniques reste qu’elles sont un moyen d’aider les gens à arrêter de fumer et à réduire les méfaits de la plus grande cause de cancer au monde : le tabac.

 » Nous avons des études, mais elles sont vraiment assez limitées. Nous ne savons pas non plus suffisamment l’impact de l’utilisation à long terme de ces appareils sur la santé.  » – Linda Bauld (Cancer Research UK)

Bien qu’il puisse être difficile de se souvenir de ce qu’il y’avait avant le vapotage, il faut bien comprendre que dans le grand schéma de la recherche, 10 ans, ce n’est pas si long. Et il nous reste encore beaucoup à comprendre à leur sujet.

C’est ce que précise Linda Bauld, professeur de santé publique à l’Université d’Édimbourg et conseillère en prévention de Cancer Research UK  qui déclare:  » Ce sont encore des produits relativement nouveaux. Mais une quantité énorme de recherche a été effectuée. C’est une discussion beaucoup plus sophistiquée maintenant qu’elle ne l’était dans le monde. premières années. « .

Environ 12 000 personnes font des recherches sur Google chaque mois au Royaume-Uni. Et vous pouvez comprendre pourquoi il y a beaucoup de messages contradictoires en ce qui concerne la vape, avec de nombreux titres proclamant que le vapotage est tout aussi mauvais voir pire que le tabagisme. Dans les faits, la recherche montre que le vapotage est beaucoup moins nocif que le tabagisme.

 » Certaines études ont montré les effets nocifs de la vapeur de cigarette électronique. Cependant, ceux-ci sont généralement effectués sur des animaux ou des cellules en laboratoire, plutôt que sur des humains. Et les concentrations de vapeurs de cigarettes électroniques utilisées sont souvent beaucoup plus élevées que celles auxquelles les gens seraient exposés dans la vie réelle. « .

Les cigarettes électroniques sont des produits relativement nouveaux. Pour cette raison, il n’y a pas assez de recherches sur l’utilisation à long terme ou sur leurs effets chez les personnes qui n’ont jamais fumé :

« Chez les personnes qui vapotent, la grande majorité sont des fumeurs ou d’anciens fumeurs. Il est donc très difficile de démêler la relation entre ces deux risques », déclare Bauld.  » Des réponses définitives sur la sécurité peuvent encore prendre de nombreuses années à identifier. « .

Si beaucoup de choses restent à apprendre, ce que les chercheurs ont eu le temps d’observer, au fil des décennies, ce sont les énormes recherches qui montrent que le tabac est extrêmement nocif. C’est pourquoi les experts peuvent être convaincus que les cigarettes électroniques sont beaucoup moins nocives que le tabac. Ceci est largement accepté par les chercheurs et les organismes de santé publique.

Selon Linda Bauld,  » Aider les fumeurs à quitter le tabagisme et les jeunes à ne pas commencer est une priorité vraiment importante dans la prévention du cancer. Donc, si les cigarettes électroniques peuvent aider les individus à cesser de fumer, cela intéresse les chercheurs sur le cancer. « .

Il est souvent question d’un effet passerelle pourtant, il n’existe pas vraiment de preuves concernant son existence :  » Dans l’ensemble, il n’y a pas de preuves solides d’un effet de passerelle au Royaume-Uni. Bien que l’expérimentation de la cigarette électronique chez les jeunes ait augmenté ces dernières années, le vapotage régulier chez les jeunes au Royaume-Uni reste très faible. Dans une enquête représentative auprès de 11 à 18 ans en Grande-Bretagne en 2020, sur 1926 n’ayant jamais fumé, pas une seule personne n’a déclaré vapoter quotidiennement. « .

Pour finir, concernant la consommation hybride vapotage / tabagisme, rien n’est bien établi. Il n’y a actuellement aucune preuve que l’utilisation à la fois de cigarettes et de cigarettes électroniques est pire que de simplement fumer. Mais il est clair que pour obtenir des avantages pour la santé, les gens doivent passer complètement du tabagisme au vapotage.

Et il y a encore des questions sans réponse ici. Il se peut que certaines personnes traversent une période où elles fument et vapotent pour les aider à arrêter de fumer, mais pour le moment, nous ne savons pas combien de temps cette période de transition dure, ni en quoi elle varie d’une personne à l’autre.

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Passionnée de journalisme, je me suis décidée à rejoindre la rédaction de Vapoteurs.net en 2017 afin de traiter principalement l'actualité vape en Amérique du nord (Canada, Etats-Unis).