Top banner
Top banner
ROYAUME-UNI : Un appel pour interdire l’influence des lobbyistes sur la vape à Westminster.

ROYAUME-UNI : Un appel pour interdire l’influence des lobbyistes sur la vape à Westminster.

Se pourrait-il qu’un début de crise à propos de l’e-cigarette se présente au Royaume- Uni ? Vape, lobby du tabac et groupe parlementaire… Une zone grise que certains responsables demandent à éclaircir. En effet, il a clairement été demandé d’interdire aux lobbyistes de diriger des comités influents de Westminster.


LA UKVIA VISÉE SUITE AU FINANCEMENT D’UN GROUPE PARLEMENTAIRE !


Les lobbyistes qui représentent les compagnies de tabac ne devraient pas avoir le droit de diriger un comité influent de Westminster, a averti l’ancien responsable de la surveillance des normes. Sir Alistair Graham, ancien président du comité pour les normes dans la vie publique, a déclaré qu’il n’était pas approprié que la UK Vaping Industry Association (UKVIA) finance un groupe parlementaire censé les obliger à rendre des comptes.

Il a appelé à une refonte des règles régissant les groupes parlementaires multipartites afin d’empêcher les lobbyistes d’acheter de l’influence au sein du gouvernement. Les membres du groupe multipartite sur l’e-cigarette ont également été critiqués pour avoir accepté des marques de compagnies de tabac, notamment pour le Chelsea Flower Show (Exposition florale) et la Coupe du monde de Rugby.

Le groupe multipartite a été créé en 2014 par le député conservateur Mark Pawsey, qui a déclaré que le secteur « exige un examen plus approfondi et une enquête de la part des députés« . Depuis ses débuts, l’APPG sur les cigarettes électroniques a été gérée par un groupe de pression agissant pour la marque de cigarettes électroniques E-Lites, appartenant à JTI (Japan Tobacco), ainsi que pour l’organisme de commerce d’e-cigarettes de l’époque.

Le groupe de pression, appelé ABZED, a consacré entre 6 620 et 8 120 £ à l’organisation de deux réceptions pour les députés et leurs invités. UKVIA a pris la direction du secrétariat en 2016 et a jusqu’à présent consacré entre 48 000 et 52 000 £ à la gestion du groupe multipartite sur l’e-cigarette.

Plusieurs compagnies de tabac siègent au conseil d’administration de UKVIA, notamment British American Tobacco, Japan Tobacco International (JTI), Imperial Brands et Philip Morris International. UKVIA ont fait savoir à leurs membres que les cigarettes électroniques APPG constituaient «un élément central de la poursuite du programme politique de l’industrie du vapotage».

Leur plus récent rapport annuel se targue de ce qui suit: «Les membres d’UKVIA ont participé à la table ronde à chaque réunion du groupe cette année», ajoutant que leurs membres avaient «aidé à organiser quatre réunions auxquelles assistaient divers témoins clés et lancé un rapport important».

Le rapport du groupe multipartite sur le vapotage, publié en novembre, recommande aux employeurs d’autoriser les personnes à vaper sur leur lieu de travail dans des zones désignées. Il fait également valoir que les chambres du Parlement devraient devenir une zone favorable à la vape, dans le cadre des efforts visant à rendre le vapotage plus acceptable sur le lieu de travail.

En plus d’inviter des experts de Cancer Research UK et de Public Health England, le groupe multipartite sur l’e-cigarette a permis à des représentants de plusieurs sociétés productrices de tabac de prendre part à des audiences avec, notamment, British American Tobacco, Philip Morris Limited et Fontem Ventures..


Y’A T’IL UN GRAND CONFLIT D’INTÉRÊT ?


Simon Capewell, professeur en santé publique et politique à l’Université de Liverpool, a accusé le groupe de « se concentrer uniquement sur les » experts « qui sont des champions de la e-cigarette« . Sir Alistair, qui a présidé le comité sur les normes dans la vie publique de 2003 à 2007, a déclaré que la gestion d’un groupe multipartite était un moyen pour les groupes de pression d’influencer les décideurs et de saper leur crédibilité.

« J’ai toujours été très inquiet au sujet des groupes de l’industrie finançant un groupe multipartite, car ils ont manifestement un intérêt majeur dans les résultats de ce groupe« , a-t-il déclaré au Daily Telegraph. « Ils sont sans aucun doute tenus de les influencer de manière à profiter à leur industrie et à augmenter leurs profits. »

Les groupes multipartites ont le droit d’avoir des organisations externes faisant office de secrétariat, qu’elles sont tenues de déclarer dans le registre des intérêts, ainsi que les dons de plus de 5 000 £. Il a ajouté que les règles de financement des groupe multipartite devaient être revues, ajoutant que le financement parlementaire « garantirait leur indépendance« .

Certains membres du groupe multipartite ont déjà accepté les frais de représentation des compagnies de tabac, ce qui suscite des inquiétudes quant à un éventuel conflit d’intérêts.

M. Pawsey, président du groupe, a accepté pour 1 650 £ de billets pour un match de la Coupe du Monde de rugby de la part de Japan Tobacco International (JTI), avant de faire l’éloge de l’e-cigarette à la Chambre des communes en décembre suivant.

Le député de Glyn Davies a accepté des billets de JTI pour le salon des fleurs de Chelsea en 2014 d’une valeur de 1 404 £. Plus tard dans l’année, il est devenu l’un des premiers députés à rejoindre le groupe multipartite sur l’e-cigarette et reste aujourd’hui le secrétaire du groupe.

Le député Stephen Metcalfe, membre de l’APPG de 2016-2017, a également accepté des billets pour le spectacle des fleurs de Chelsea pour lui et son épouse de la part de JTI d’une valeur de 1 132,80 £ en 2011.
Il déclare pour sa part : « Je pense que la vape a un rôle important à jouer pour aider les fumeurs à en finir avec le tabac, améliorant au passage la santé publique« , il ajoute  « Je n’ai accepté aucune activité de société productrice de tabac depuis et je n’entend pas le faire à l’avenir. »

John Dunne, directeur de l’UKVIA, a déclaré: «Le groupe multipartite entend un grand nombre de témoins, de défenseurs et produit des rapports qui sont disponibles gratuitement. Les services de secrétariat de l’UKVIA pour le groupe sont correctement déclarés de la manière requise. » Il ajoute «L’UKVIA est transparente quant à son financement et à ses membres et il est tout à fait normal qu’une association professionnelle de premier plan offre des services de secrétariat aux groupes multipartites assujetties.»

 

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Passionnée de journalisme, je me suis décidée à rejoindre la rédaction de Vapoteurs.net en 2017 afin de traiter principalement l'actualité vape en Amérique du nord (Canada, Etats-Unis).

Laisser une réponse