Top banner
SCIENCE : Selon une étude, la solitude rendrait l’arrêt du tabagisme encore plus difficile

SCIENCE : Selon une étude, la solitude rendrait l’arrêt du tabagisme encore plus difficile

Bien qu’elle ne concerne pas directement le vapotage, cette nouvelle étude des chercheurs de l’Université de Bristol montre à quel point il peut être difficile de se détacher du tabagisme lorsque la solitude est au cœur de notre vie.


LA SOLITUDE, UN FACTEUR AGGRAVANT DU TABAGISME ?


Dans une récente étude menée par des chercheurs de l’Université de Bristol et publiée dans la revue Addiction, il a été découvert un lien de causalité entre l’expérience prolongée de la solitude et le tabagisme. Bien que de nombreuses études aient montré qu’il existe effectivement une association, il a été difficile de distinguer si la solitude mène au tabagisme ou si c’est le tabagisme qui conduit à la solitude.

En appliquant la randomisation mendélienne, une nouvelle méthode de recherche qui utilise des données génétiques et des enquêtes de centaines de milliers de personnes, l’équipe a constaté que la solitude semblait conduire à une probabilité accrue de comportement tabagique.

« Cette méthode n’a jamais été appliquée à cette question auparavant et les résultats sont donc nouveaux, mais aussi provisoires. Nous avons trouvé des preuves suggérant que la solitude conduit à une augmentation du tabagisme, avec des gens plus susceptibles de commencer à fumer et de consommer plus de cigarette. Il est prouvé que la solitude augmente la probabilité de commencer à fumer, le nombre de cigarettes fumées par jour et diminue la probabilité d’arrêter avec succès. Cela reflète les tendances observées au cours de la pandémie, en effet, le tracker Covid-19 de YouGov suggère que 2,2 millions de personnes au Royaume-Uni fument plus aujourd’hui qu’avant le confinement. Dans l’autre sens, il y a également des preuves que le fait d’entrer dans le tabagisme augmente la solitude des individus.  »

Deborah Arnott, directrice générale d’Action of Smoking & Health (ASH)


 » Notre constatation que le tabagisme peut conduire à une solitude accrue est provisoire, mais elle reste pourtant conforme à d’autres études récentes qui ont identifié le tabagisme comme un facteur de risque de mauvaise santé mentale. Un mécanisme potentiel de cette relation a été constaté : la nicotine contenue de la fumée de cigarette interfère avec les neurotransmetteurs comme la dopamine dans le cerveau « , a déclaré le Dr Jorien Treur, auteur principal de l’étude.

Deborah Arnott, directrice générale d’Action of Smoking & Health (ASH), a déclaré que « si les personnes seules sont plus susceptibles de commencer à fumer et ont plus de mal à arrêter de fumer, elles sont également plus susceptibles de souffrir du mal causé par le tabagisme. Cette recherche met en évidence la nécessité pour les fumeurs souffrant de solitude de recevoir un soutien pour arrêter, d’améliorer non seulement leur santé et leur bien-être mais aussi pour contribuer à réduire leur solitude.  »

L’équipe a également étudié la relation entre la solitude et la consommation et l’abus d’alcool et n’y a trouvé aucune preuve claire d’une relation de cause à effet.

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Passionnée de journalisme, je me suis décidée à rejoindre la rédaction de Vapoteurs.net en 2017 afin de traiter principalement l'actualité vape en Amérique du nord (Canada, Etats-Unis).