Top banner
Top banner
SCIENCE : Tabac, e-cigarette, David Khayat fustigé pour avoir conseillé Philip Morris

SCIENCE : Tabac, e-cigarette, David Khayat fustigé pour avoir conseillé Philip Morris

Défendre le vapotage, conseiller un géant du tabac comme Philip Morris… C’est un débat qui une fois de plus met au second plan les conclusions de plusieurs études qui prouvent l’innocuité de l’e-cigarette. Cette fois, c’est l’oncologue David Khayat, fondateur de l’Institut national du cancer qui en fait les frais.


 » ARRÊTER DE VOUS PRIVER « , LA POSITION DU « SCANDALE »


Au mois de Janvier, l’oncologue David Khayat, fondateur de l’Institut national du cancer a présenté son nouvel ouvrage  » Arrêtez de vous priver ! « . Dans son livre, David Khayat dénonce les diktats de l' »hygiénisme » contemporain et de la « judiciarisation morale ». Alcool, tabac, sucre, gras, l’oncologue préconise de ne pas se priver. Pour lui, tout est question de faire la différence entre danger et risque.

Comme le rapport Le MondeDavid Khayat préconise pour ceux qui n’arrivent pas à arrêter de fumer d’essayer l‘e-cigarette ou le tabac chauffé, bien moins dangereux. Ainsi, le professeur prône « quelque chose de moins cancérigène« . Si dans les faits, l’oncologue qui avait lui même converti Johnny Hallyday au vapotage est dans le vrai, il se retrouve pourtant accusé pour avoir conseillé le géant Philip Morris. Une double casquette que le fondateur de l’Institut national du cancer exercerait aussi pour d’autres entreprises des  » domaines de l’agroalimentaire, des biens de consommation et du tabac « , comme il l’expliquait en septembre 2020 lors d’une conférence à Athènes. 

Dans un mail adressé au Monde, l’entreprise Philip Morris prétend avoir engagé David Khayat en 2017 et  » sollicite ses services de conseil sur des questions scientifiques liées à la réduction des risques en général, avec un accent sur la réduction des risques liés au tabac « . Doit-on pour autant considérer que la parole de David Khayat n’a pas de valeur scientifique ?

En prenant ce parti, on fini clairement par remettre en cause les études prouvant l’innocuité du vapotage. Preuve qu’un procès moral peut parfois avoir des conséquences totalement contraire au message que l’on souhaite pourtant faire passer.

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Passionnée de journalisme, je me suis décidée à rejoindre la rédaction de Vapoteurs.net en 2017 afin de traiter principalement l'actualité vape en Amérique du nord (Canada, Etats-Unis).