Top banner
Top banner
SUISSE : Une nécessité d’autorégulation de la vente d’e-cigarette aux mineurs

SUISSE : Une nécessité d’autorégulation de la vente d’e-cigarette aux mineurs

En Suisse, c’est un véritable flou juridique qui s’est installé depuis l’autorisation de vente des e-cigarettes avec nicotine. En effet, pour l’heure, ce sont les vendeurs qui choisissent de vendre ou non des produits du vapotage aux mineurs. Les autorités appellent à l’autorégulation avant que le projet de loi sur les produits du tabac soit adopté.


UNE AUTOREGULATION NECESSAIRE POUR L’IMAGE DE L’E-CIGARETTE EN SUISSE 


L’interdiction de la vente d’e-cigarettes aux mineurs repose entièrement sur le bon vouloir des vendeurs. Il y’a quelques jours les autorités les ont invités à une table ronde afin de trouver une solution commune.

« L’objectif est de protéger les mineurs« , souligne Nathalie Rochat porte-parole de l‘Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV), interrogée par Keystone-ATS. Cette première discussion entre l’OSAV et les acteurs de la branche doit permettre de « combler le vide juridique » qui entoure « l’e-cigarette » depuis la décision du Tribunal administratif fédéral (TAF).

Le TAF a accepté, fin avril, un recours de la Swiss Vape Trade Association (SVTA) contre l’interdiction, décidée en 2015 par l’OSAV, de vente des flacons de liquide avec nicotine pour les cigarettes électroniques. Depuis, la cigarette électronique est dans un flou juridique.

Celui-ci doit être comblé par le projet de loi sur les produits du tabac présenté en décembre dernier par le Conseil fédéral. Mais « comme une modification législative prend toujours du temps, une solution rapide et efficace serait l’autorégulation« , explique Mme Rochat.


UNE EXPLOSION DES VENTES D’E-CIGARETTES DIFFICILE A GERER !


A la suite à la décision du TAF, « les ventes ont augmenté d’environ 30% » en mai, explique Nicolas Michel, qui tient une boutique de vape à Lausanne. Il est également le représentant pour la Suisse romande de la SVTA, qui participera à la table ronde. Il est confronté presque tous les jours à des mineurs qui entrent dans sa boutique.

« Nous refusons de vendre aux moins de 18 ans« , assure-t-il tout en précisant que « 98% des vapoteurs sont des fumeurs ou d’anciens fumeurs« . Une autorégulation sur la vente au mineur semble donc possible.

La SVTA s’inquiète toutefois d’une possible « assimilation de la vape aux produits du tabac« , explique M. Michel. L’interdiction de vente des liquides avec nicotine a déjà « fait prendre beaucoup de retard à la Suisse » qui est « à la ramasse au niveau de la vape« .

Source : Lenouvelliste.ch/

A propos de l'auteur

Rédactrice et correspondante Suisse. Vapoteuse depuis de nombreuses années, je m'occupe principalement de l'actualité suisse.

Articles Similaires

Laisser une réponse