lundi, 25 septembre 2017

TABAGISME : Les gommes à la nicotine, est ce vraiment bénéfique ?
TABAGISME : Les gommes à la nicotine, est ce vraiment bénéfique ?

TABAGISME : Les gommes à la nicotine, est ce vraiment bénéfique ?

Certaines gommes et timbres de nicotine sont actuellement développés par l’industrie du tabac. Mais pourquoi cette industrie fabrique-t-elle des produits qui font arrêter de fumer ?


BENEFIQUE UNIQUEMENT SUR LE COURT TERME !


Dès les années 60 et 70, l’industrie du tabac songeait à développer des produits à base de nicotine, autres que les cigarettes. Le but était de créer un produit utilisé soit avec des cigarettes classiques, soit comme substitut. À cause des premières études sur le rôle addictif de la nicotine et d’une crainte de réglementation par l’agence américaine des aliments et des médicaments (FDA), les projets sont abandonnés.

 Ce sont les compagnies pharmaceutiques qui sortent en 1984 les gommes Nicorette acceptées par la FDA, parce que vendues sur ordonnance. Le but de ces produits est de faire arrêter de fumer lorsque la personne est suivie par un médecin. Une nouvelle observée avec attention par les compagnies de tabac : le nouveau produit a modifié la vision qu’avait le grand public de la nicotine. « Le fait que Nicorette soit prescrite par leurs docteurs et vendue par leurs pharmacies a mené les gens à conclure que la nicotine n’était pas si mauvaise pour eux » expliquait un employé de Philip Morris. On découvre cette stratégie dans les Tobacco Papers, les documents déposés par les compagnies de tabac dans le cadre des procès du tabac, et consultés par les chercheurs de l’Université de San Francisco.
Autre bonne nouvelle pour l’industrie du tabac : une étude menée par la multinationale British American Tobacco en 1992 montre que, sans conseils du médecin, la majorité des fumeurs n’arrive pas à arrêter avec ces produits. Mieux, ils les utilisent en complément de la cigarette… « Les études sur l’efficacité des gommes et timbres sur l’arrêt de la cigarette montrent un bénéfice significatif sur le court terme, mais un très faible avantage par rapport au placebo sur le long terme », souligne un employé de la compagnie.
Vision positive de la nicotine et perspective d’un nouveau marché : il ne restait plus qu’à lever la barrière de la FDA. En 1996, elle autorise la vente de ces produits sans ordonnance. En 2009, la Loi sur le tabac autorise la FDA à réguler le marché des cigarettes. Afin de sauvegarder leurs parts de marché, les géants du tabac se sont lancés officiellement dans les produits dérivés.

Source de l’article:http://quebec.huffingtonpost.ca/2017/09/07/les-gommes-de-nicotine-une-strategie-bien-rodee_a_23200198/

A propos de l'auteur

Ayant une formation de spécialiste en communication, je m'occupe d'une part des réseaux sociaux du Vapelier OLF mais je suis également rédacteur pour Vapoteurs.net .

Articles Similaires

  • Falken Vape

    Et qu’en disent les archives des firmes pharmaceutiques qui les ont développées sans influence, qui ont mis des limites basses au dosage de nicotine, fait des produits peu attractifs et les ont accompagnés de notices indiquant mal l’usage approprié et proposant un arrêt en quelques semaines quand tout vapoteur sait bien maintenant que c’est une quasi-garantie d’échec? Ah oui, on n’a pas les archives de ces firmes fabricants aussi des médicaments pour traiter les cancers et les maladies chroniques causées par l’échec de l’arrêt du tabac, et aucun acteur de santé publique n’a fait de contre-analyse…
    Qui a exigé de l’UE que les liquides pour le vapotage soient limités en dosage (d’abord à 2-4mg/ml ou moins) ? Etrangement 2 firmes pharmaceutiques. Qui a exigé de l’UE le monopole des liquides pour le vapotage dosés à plus de 20mg/ml et n’en a produit aucun depuis la TPD ? Une firme pharmaceutique.
    Il serait d’usage quand un article oublie toute contextualisation, de rappeler que ces produits (ceux fabriqués par certains groupes cigarettiers) ont une diffusion anecdotique et que les autorités sanitaires US ont, tardivement, fait la même évaluation (et n’ont demandé aucune amélioration aux industriels pharma).

Ce site utilise des cookies - En utilisant ce site ou en fermant ce bandeau vous acceptez notre politique sur les cookies !
J'accepte les cookies
x