Top banner
Top banner
Top banner
TECHNOLOGIE : Des robots prêchent la légitimité de la vape sur Twitter.

TECHNOLOGIE : Des robots prêchent la légitimité de la vape sur Twitter.

Aux Etats-Unis, une récente étude a révélé que des « robots » Twitter (comptes gérés par des robots) sont utilisés pour faire la promotion du vapotage et ainsi mettre en avant la réduction des risques pour la santé liés aux e-cigarettes. Cette initiative pourrait évidemment avoir des conséquences sur l’image de la vape.


TWITTER POUR METTRE EN AVANT L’E-CIGARETTE ET LA REDUCTION DES RISQUES ?


Des scientifiques de l’Université d’État de San Diego (SDSU) aux États-Unis ont constaté qu’une grande partie des discussions concernant les effets de l’e-cigarette sur le réseau social « Twitter » étaient lancés par des robots. Si on peut penser à la diffusion de « fake news » ce ne semble pas être le cas étant donnée que la plupart des messages automatisés étaient en faveur de la vape. 

Plus de 70% des tweets analysés par les chercheurs semblent avoir été diffusés par des robots, qui sont de plus en plus utilisés pour influencer l’opinion publique et vendre des produits tout en se faisant passer pour de véritables personnes.

La découverte de cette promotion de l’e-cigarette par des robots est semble t’il inattendue. A la base l’équipe de chercheurs avait commencé à utiliser les données de Twitter pour étudier l’utilisation et la perception des e-cigarettes aux États-Unis.

« L’utilisation de robots sur les médias sociaux est un véritable problème pour nos analyses« , a déclaré Ming-Hsiang Tsou, de l’Université d’État de San Diego.

Elle ajoute : « Comme la plupart d’entre eux sont « axés sur le commerce » ou  » à caractère politique « , ils fausseront les résultats et fourniront des conclusions erronées pour l’analyse« .


66% DE TWEETS POSITIFS POUR LE VAPOTAGE !


Ces résultats surviennent alors que le réseau social Twitter a déclaré qu’il supprimerait des millions de faux comptes et introduirait également de nouveaux mécanismes pour identifier et combattre le spam et les abus sur sa plate-forme.

« Certains robots peuvent être facilement supprimés en fonction de leur contenu et de leurs comportements« , a déclaré Tsou ajoutant  « Mais certains robots ressemblent à des êtres humains et sont plus difficiles à détecter. Il s’agit maintenant d’un sujet brûlant dans l’analyse des médias sociaux« .

Pour l’étude, l’équipe a compilé un échantillon aléatoire de près de 194 000 tweets à travers les États-Unis, publiés entre octobre 2015 et février 2016. Un échantillon aléatoire de 973 tweets a été analysé. Parmi ceux-ci, 887 tweets ont été identifiés comme étant postés par des individus, une catégorie qui peut également comprendre des robots. 

L’équipe a constaté que plus de 66% des tweets de personnes étaient « favorable » à l’utilisation des cigarettes électroniques. 59% des individus ont également partagé des tweets sur la manière dont ils utilisaient personnellement les cigarettes électroniques. En outre, l’équipe a pu identifier les utilisateurs adolescents de Twitter, estimant que plus de 55% de leurs tweets étaient « favorable » aux cigarettes électroniques.

Dans les tweets faisant référence à la nocivité du vapotage, 54% des consommateurs ont affirmé que les cigarettes électroniques ne sont pas nocives ou sont nettement moins nocives que le tabac.

« La présence importante de comptes gérés par des robots soulève la question de savoir si d’autres sujets liés à la santé sont motivés par ces comptes« , a déclaré Lourdes S Martinez, chercheuse au SDSU qui a dirigé l’étude. « Nous ne connaissons pas les sources, et ne savons pas si elles sont payés ou peuvent avoir des intérêts commerciaux« , a déclaré Martinez.

Pour rappel en août 2017, le National Institutes of Health (NIH) avait soutenu un projet de presque 200 000 dollars qui devait analyser les tweets sur les cigarettes électroniques.

Précédent : VAP’NEWS : L’actualité e-cigarette du Vendredi 10 Août 2018
Suivant : REVUE / TEST : Dark Virginia (Gamme Classique) par Green Vapes

A propos de l'auteur

Passionnée de journalisme, je me suis décidée à rejoindre la rédaction de Vapoteurs.net en 2017 afin de traiter principalement l'actualité vape en Amérique du nord (Canada, Etats-Unis).

Articles Similaires

Laisser une réponse