Top banner
Top banner
Top banner
THAÏLANDE : Un expatrié donne sa vision du vapotage sur place.
THAÏLANDE : Un expatrié donne sa vision du vapotage sur place.

THAÏLANDE : Un expatrié donne sa vision du vapotage sur place.

Depuis quelques semaines, les arrestations et les saisies de produits du vapotage se multiplient en Thaïlande. Dans de nombreux pays, on ressent une certaine inquiétude et certaines agences de voyages n’hésitent plus à donner des directives aux personnes désirant se rendre sur place. Si actuellement nous avons une vision extérieur sur la situation du vapotage en Thaïlande, pour vous, notre rédaction s’est entretenu avec Julien, un expatrié qui nous a présenté son vécu de vapoteur au cœur du pays du sourire.


INTERVIEW : « EN TANT QUE VAPOTEUR, JE ME SENT CONSIDÉRÉ COMME UN DROGUÉ« 


Rédaction : Pouvez vous me dire quelle est la situation réelle en Thaïlande concernant le vapotage ? Y’a t’il une chasse aux sorcières ?

Julien : Non, c’est très exagéré, je ne pense pas qu’on puisse parler de chasse aux sorcières. Je suis vapoteur, j’ai trois voisins qui le sont également et nous n’avons pas eu de probléme pour le moment. Évidemment avec tout ce qui se dit actuellement je n’utilise pas ma e-cigarette dans la rue comme je pourrais le faire avec une cigarette par exemple.

Rédaction : D’accord, on peut donc dire qu’en restant discret on limite fortement les risques avec les autorités ?

Julien : Oui clairement. Pour ma part, je vape dans des endroits près de chez moi ou dans certains lieux très touristiques. Il faut savoir qu’en Thaïlande, quand il n’y a pas de policiers ça vapote de partout et sur du gros matériel (mods mécaniques, drippers…). Mais il est vrai qu’en tant que vapoteur, je me sens dévisagé, considéré comme un drogué si je vape dans un bar par exemple. J’évite donc de poser mon matériel sur une table quand je suis en public.
Pourtant c’est assez paradoxal car il y’a énormément d’endroit ou on peut acheter du matériel.

Rédaction : Que pensez vous de ce qui s’est passé avec le vapoteur Suisse il y’a quelques jours ?

Julien : Malheureusement, je pense qu’il est tombé sur le mauvais policier, vous savez j’ai même vu des policiers vaper donc c’est pour dire. Après je ne devrais pas trop dire ça mais ici les choses s’arrangent souvent avec un petit billet. Par exemple, un défaut de permis de conduire que cela soit voiture ou moto (même les gros cubes) c’est 25 euros.

Rédaction : Quels conseils pourriez vous donner aux vapoteurs qui souhaitent se rendre sur place ?

Julien : En toute honnêteté, un touriste qui démonte tout son matériel en pièces détachés dans son sac et qui reste discret peut vaper ici. Lors de mon départ afin de venir vivre dans ce pays j’étais totalement parano ! Pour vous dire, j’ai amené plus d’un litre de base neutre dans des bouteilles d’eau, mes arômes dans des flacons Yves Rocher, j’ai prévu le coup pour tenir 9 mois jusqu’a mon retour. Par contre il est clair qu’ici ça ne rigole pas, c’est souvent pas vu, pas pris ! La chose vraiment importante, c’est de ne pas vaper dans la rue !

Rédaction : On reste tout de même dans une démarche assez extrême… Un peu comme si on passais de la drogue non ?

Julien : C’est effectivement mon ressenti, je suis assez tranquille dans le quartier ou je réside mais j’ai toujours l’impression d’être un hors la loi ou un drogué, un peu comme si je fumais un joint.

Rédaction : Et concernant la communication sur le vapotage dans le pays, y’a t’il eu des changements ces derniers temps ?

Julien : Non, aucun changement ! Ici, le vapotage n’est pas interdit, la e-cigarette n’est juste pas réglementée donc pas taxé et c’est donc quelque chose de très grave vis à vis de la loi. Pour tout vous dire, je ronge mon frein car si la loi change, je serais le premier farang (étranger en Thaïlande) à ouvrir ma boutique.

Rédaction : Et vous sentez que la loi pourrais changer sur le sujet ?

Julien : Au vu de l’instabilité du pays, je pense qu’actuellement cela ne changera pas. Pour le moment, les autorités s’occupent essentiellement du probléme de contrefaçon de vêtements et de chaussures, c’est un gros chantier. Mais comme le disent les thaïlandais, rien n’est impossible ! Quand vous vous baladez ici, vous voyez des boutiques ou des kiosques de vape partout.

Rédaction : On suppose qu’un touriste doit éviter de s’en approcher au vu de la situation ?

Julien : J’ai discuté avec ces vendeurs et j’ai vu plein de touristes acheter du matériel. Pour ma part, je n’ai jamais rien acheté car le prix sont exorbitants. Disons que ces « boutiques » ont de la chance pour le moment ou elles ont assez d’argent pour ne pas avoir de soucis, je ne pourrais pas vous dire.

Merci Julien d’avoir pris le temps de nous répondre et d’avoir éclairé la situation par votre vécu sur place.

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef de Vapoteurs.net, le site de référence sur l'actualité de la vape. Engagé dans le monde de la vape depuis 2014, je travaille chaque jour pour que tous les vapoteurs et les fumeurs soient informés.

Laisser une réponse