Top banner
Top banner
Top banner
THAÏLANDE : L’e-cigarette ? Un sujet controversé et une inquiétude pour les médecins.

THAÏLANDE : L’e-cigarette ? Un sujet controversé et une inquiétude pour les médecins.

Vous ne serez pas surpris d’apprendre que la situation reste difficile pour l’e-cigarette en Thaïlande. Partageant les mêmes préoccupations que plusieurs autre pays, la Thaïlande hésite encore à ouvrir totalement ses portes au fameux dispositif. Certains spécialistes de santé comme le Dr Suwannapa tente de décrypter l’intérêt des produits du vapotage tout en prenant en compte les effets de la controverse de plus en plus présente.


UN ACCÈS DE PLUS EN PLUS IMPORTANT ET « DANGEREUX » CHEZ LES ÉTUDIANTS


Le Dr Suwannapa a cité un rapport publié en 2017 par le Centre de recherche et de gestion des connaissances sur la lutte contre le tabagisme dans lequel étaient interrogés des lycéens et des étudiants. Sur environ 2 000 sujets, environ 30% des lycéens ont déclaré avoir déjà utilisé au moins une fois l’e-cigarette. La situation était encore plus importante chez les étudiants universitaires, où 60% d’entre eux avouaient avoir déjà utilisé un dispositif de vapotage.

« Le danger c’est qu’un grand nombre d’étudiants ont accès à l’e-cigarette« , a déclaré le Dr Suwannapa. « Comme l’héroïne, la nicotine crée facilement une dépendance. Cela pourrait entraîner une augmentation du nombre de fumeurs à l’avenir. Lorsque les étudiants deviennent dépendants à la nicotine, ils pourraient finir par fumer des cigarettes traditionnelles ou électroniques. Dans les deux cas, ils restent toxicomanes « .

Malheureusement, les produits du vapotage font actuellement les gros titres dans le monde entier après une épidémie de maladie pulmonaire grave aux États-Unis qui pourrait être associée à l’utilisation de l’e-cigarette (en réalité à la consommation d’huile de THC frelaté).

« Ces morts tragiques dans l’Illinois renforcent les risques sérieux associés aux produits du vapotage. La vape expose les utilisateurs à de nombreuses substances pour lesquelles nous disposons de peu d’informations sur les méfaits associés, y compris les arômes, la nicotine, les cannabinoïdes et les solvants.  » a déclaré le Dr Robert Redfield, directeur du CDC dans un déclaration.


PLUS DE NICOTINE AVEC L’E-CIGARETTE QU’AVEC LA CIGARETTE « CLASSIQUE »  ?


Selon le Dr Suwannapa, les fumeurs peuvent absorber plus de nicotine en tirant sur une cigarette électronique qu’en fumant une cigarette dite « classique ».

« Une cigarette traditionnelle pourrait contenir, par exemple, 8 mg de nicotine, dont environ 1 à 2 mg par le corps. Mais dans une cigarette électronique, le e-liquide peut contenir jusqu’à 18 mg de nicotine, ce qui pourrait signifier que le corps en reçoit 5 -10 fois la quantité d’une cigarette traditionnelle « , a t-elle expliqué.

Le Dr Suwannapa précise que seuls 5 à 9% des fumeurs ont réussi à quitter le tabagisme après avoir utilisé des appareils de vapotage comme méthode d’abandon. Ce taux est relativement faible par rapport au remplacement de la nicotine, qui donne un taux de succès de 15 à 20%, ou médicament, avec un taux de succès de 27%. Même les fumeurs qui arrêteraient de fumer seuls sans dépendre d’aucune aide auraient un taux de réussite de 10 à 15%…

« Les gens optent pour les cigarettes électroniques parce qu’ils pensent qu’elles sont moins nocives [que les cigarettes traditionnelles]« , a-t-elle poursuivi. Etant donné qu’il existe des centaines de marques disponibles, avec des milliers de variétés d’e-liquides, il est presque impossible de réglementer le marché.

« Si l’e-liquide était disponible dans les pharmacies des hôpitaux et que les médecins pouvaient le prescrire comme pour la thérapie de remplacement de la nicotine, alors nous pourrions le considérer comme un médicament contrôlé. Mais la situation n’est plus la même. L’utilisation de l’e-cigarette comme aide à la cessation du tabagisme n’est pas approuvée et les utilisateurs risquent d’être exposés à d’autres produits chimiques toxiques.Des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer les effets secondaires à long terme. »

La réglementation de l’e-cigarette en Thaïlande est une question extrêmement controversée. Le Dr Suwannapa reconnaît que les parties prenantes ont des perspectives différentes sur les appareils.

« Que vous soyez ou non en faveur de l’e-cigarette dépend de votre point de vue personnel. De toute évidence, les fumeurs souhaitent que les dispositifs soient largement disponibles, de manière à ce qu’ils aient facilement accès et puissent satisfaire leurs envies« , a-t-elle déclaré. « Mais en tant que personnel médical, nous ne voulons pas du tout de stupéfiants dans le pays. L’expansion du marché de l’e-cigarette affecte directement nos enfants. »

« Les enfants et les adolescents sont curieux de nature. Il est de notre devoir de les protéger. C’est comme les tout-petits, qui sont fascinés par les prises électriques et qui veulent se fourrer les doigts« , a déclaré le Dr Suwannapa. « La même chose s’applique à l’e-cigarette. Nous devons empêcher les jeunes d’y avoir accès. »

 

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Passionnée de journalisme, je me suis décidée à rejoindre la rédaction de Vapoteurs.net en 2017 afin de traiter principalement l'actualité vape en Amérique du nord (Canada, Etats-Unis).

Laisser une réponse