Top banner
Top banner
MALAISIE : La e-cigarette classée dans les produits pharmaceutiques !

MALAISIE : La e-cigarette classée dans les produits pharmaceutiques !

Alors qu’une réglementation stricte de la e-cigarette était attendue en Malaisie, nous apprenons aujourd’hui que celle ci devrait être strictement réglementée en tant que produit pharmaceutique. Une nouvelle victoire pour Big Pharma ?


abdul-razak-dr-2407D’UNE INTERDICTION TOTALE A UNE RÉGLEMENTATION EN TANT QUE PRODUIT PHARMA…


On peut clairement se demander ce qui se passe en Malaisie. Alors que la recommandation initiale était d’interdire l’e-cigarette dans son ensemble, le président du comité technique du ministère de la Santé à déclaré dans une interview à Kuala Lumpur que la meilleure chose était d’appliquer une réglementation stricte.

Dans cette interview, le Dr Abdul Razak Muttalif, un ancien directeur de l’Institut de médecine respiratoire de Kuala Lumpur a déclaré : « Nous avons recommandé une réglementation comme produit pharmaceutique plutôt que comme produit de consommation, parce qu’il n’est pas possible de voir des personnes vendre des e-cigarettes comme des cosmétiques. » avant d’ajouter « Une fois qu’elles sont classés en tant que produits de consommation, vous en perdez le contrôle« .

Quand les préoccupations des groupes pro-vape sont évoqués et qu’elles annoncent que le fait de classer la e-cigarette comme un produit pharmaceutique va augmenter les coûts et les rendre inaccessibles aux fumeurs qui veulent arrêter, le Dr Abdul Razak répond d’une façon étonnante : « Est-il difficile d’acheter des médicaments en Malaisie ? Il y a pourtant beaucoup de pharmacies dans tout le pays « .


UNE REMISE EN CAUSE DU DISCOURS DE KONSTANTINOS FARSALINOSfarsalinos_pcc_1


Dans son discours, le Dr Abdul Razak ne s’arrête pas la et n’hésite pas remettre en cause les propos et le travail du Dr Konstantinos Farsalinos en déclarant « être sceptique sur le fait que les Malaisiens arrêtent réellement de fumer grâce a la vape« .

En effet, le Dr Konstantinos Farsalinos doit présenter en fin de mois les conclusions d’une étude sur les vapoteurs Malaisiens. Selon une déclaration du Docteur reconnu dans le monde de la vape, cette étude montrerait un taux important d’abandon de la cigarette parmi les vapoteurs du pays. Pour le Dr Abdul Razak, le scepticisme est de mise et il questionne « L’étude est elle effectuée d’une manière appropriée ? éthique ? Laissez moi voir les résultats avant de me prononcer. Nous savons très bien que l’e-cigarette mène à une dépendance à la nicotine. »


appli_pharmaUNE RÉGLEMENTATION STRICTE POUR LA FIN DE L’ANNÉE


En ce qui concerne les délais, une réglementation était déjà prévue pour la fin de l’année. D’après le Dr Abdul Razak, l’objectif est de dé-normaliser le fait de fumer d’ici 2045, il reste méfiant vis a vis de la vape et n’hésite pas à déclarer « Nous ne voulons pas que la e-cigarette soit une passerelle vers quelque chose de plus nocif« . D’après lui, il est aussi important d’avoir « zéro vapoteur » que « zéro fumeur« .

« Le ministère de la Santé va donc réguler les e-liquides contenant de la nicotine tandis que le commerce intérieur, les coopératives et le Ministère de la consommation seront responsables des e-liquides sans nicotine« , explique le Dr Abdul Razak.

Pour ce qui est des e-cigarettes, elles devront se conformer aux standards Malaisien et respecter un document technique qui spécifiera les exigences minimales de qualité et de sécurité pour une utilisation public. Le comité souhaiterait également ré-examiner la Loi Poisons de 1952 pour y inclure l’e-cigarette.

Et le travail a bien avancé ! Le Dr Abdul Razak a d’ailleurs déclaré : « Nous avons donné nos recommandations il y a deux mois aux autorités compétentes impliquées dans le cadre réglementaire. Maintenant, c’est à eux de rédiger la loi « .


SE SERVIR DE LA RÉGLEMENTATION ETRANGERE MAIS PAS FORCEMENT LA SUIVREfda2


Si la Malaisie a bien évidemment regardé ce qui se faisait à l’étranger, elle à préférée se tourner vers une réglementation « adaptée » a sa condition, un peu à l’effigie de l’Australie.

« Bien que nous soyons conscients des décisions prises par d’autres pays dans le monde, nous devons prendre leurs recommandations avec du recul. Ce qui peut fonctionner aux États-Unis et en Europe ne peut pas fonctionner pour nous en raison de divers facteurs tels que les coûts impliqués et les lois. Nous prenons donc note de leurs règlementations, nous examinons notre situation, et nous prenons ce qui nous semble approprié pour notre pays « annonce le Dr Abdul Razak.

Il prévoit que le ministère de la Santé prendra des positions solides tout comme les États-Unis et l’UE. Tous ses efforts ont un seul but : réduire la prévalence du tabagisme en renforçant les lois existantes.

Source : Daily Star.

Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom
Com Inside Bottom

A propos de l'auteur

Rédactrice et correspondante Suisse. Vapoteuse depuis de nombreuses années, je m'occupe principalement de l'actualité suisse.